Romain Schué / TC Media Une vingtaine d'élèves de Calixa-Lavallée se retrouvent deux fois par semaine pour différents exercices.

Créé par Caroline Brunet, ex-championne du monde de kayak, un programme de développement et d’athlétisation est actuellement testé à l’école Calixa-Lavallée. L’objectif: offrir aux jeunes démunis la possibilité de devenir des sportifs de haut-niveau avec une inscription gratuite dans un club de l’arrondissement.

«Ce n’est pas la chance ou les finances des parents qui doivent déterminer ceux qui vont devenir des athlètes, clame Caroline Brunet, triple médaillée olympique de kayak. Il faut donner la chance à tous. Un jeune, provenant de n’importe quel milieu social, qui a la volonté de se développer et de se dépasser, il faut lui trouver des moyens pour qu’il puisse aller loin.»

C’est dans cette optique que l’ex-porte-drapeau de la délégation canadienne lors des Olympiques de Sydney en 2000 a imaginé son programme de développement et d’athlétisation, en test depuis la mi-mars dans une école primaire du Saguenay ainsi qu’à Calixa-Lavallée. Une idée mûrie depuis 2011.

«J’ai toujours envié les pays de l’est pour leur implication sur le développement des jeunes et du sport dans les écoles. Le sport peut transformer une vie et a transformé la mienne. Mais moi-même, je ne viens pas d’un milieu où l’on était encouragé pour faire du sport. Heureusement, ma volonté était très forte mais celle-ci ne suffit pas toujours», indique celle qui a pris sa retraite sportive en 2004, à l’âge de 35 ans.

Les participants à ce programme ont pu compter sur l'aide financière de l'arrondissement de Montréal-Nord qui financera leur entrée dans des clubs sportifs.

Les participants à ce programme ont pu compter sur l’aide financière de l’arrondissement de Montréal-Nord qui financera leur entrée dans des clubs sportifs.

Deux entraînements hebdomadaires sur 12 semaines
Pour arriver à ses fins, la décuple championne du monde propose, en compagnie de deux entraîneurs en fin d’étude en éducation physique à l’Uqam, deux entraînements hebdomadaires de 90 minutes, les lundi et jeudi après l’école, durant 12 semaines.

Après une série de tests de sprints, exercices de flexibilité, sauts et aérobie lors d’une première séance d’évaluation avec les 20 élèves volontaires de secondaire 4 et 5, les jeunes nord-montréalais participant à ce programme sont invités à améliorer leur performance avant de se voir offrir gratuitement, après l’ultime séance début juin, une place dans un club sportif de l’arrondissement pour une durée de 24 mois.

«Natation, plongeon, gymnastique, basket, arts martiaux ou encore soccer seront proposés, détaille Caroline Brunet. Nous voulons donner cette opportunité à ces jeunes.»

«Grâce à cet outil, nous espérons pousser ces élèves vers le haut-niveau, reprend Abdennour Amirouche, directeur adjoint de Calixa-Lavallée. Nous voulons les mettre dans les meilleures conditions pour les voir performer et exploiter au maximum leur potentiel.»

L'objectif de ce programme est notamment de «découvrir des talents».

L’objectif de ce programme est notamment de «découvrir des talents».

Un développement national espéré
Pour Jesse Memette, coach de ces jeunes depuis plusieurs semaines, ce programme, «qui permet à certains de découvrir des habilités qu’ils n’auraient pas remarquées», dépasse également le cadre du sport.

«Au début, ils étaient timides et il fallait un peu les pousser. Depuis, ils ont accumulé de la confiance en eux et cela leur servira.»

Avant de prendre sous son aile une petite dizaine de jeunes étudiantes pour quelques échauffements et exercices de musculation, Cécilia Castillo, l’autre entraîneur du projet, partage ce constat.

«On les pousse à être à l’heure et cela les motive également à venir à l’école, explique-t-elle. Grâce au sport, puisqu’on cherche à découvrir des talents, ils se sentent valorisés et encadrés. Cela a un réel impact sur leur quotidien.»

De nouveaux tests seront programmés le 2 juin, date de la fin de ce programme expérimental. Ce dernier devrait ensuite être à nouveau proposé à la prochaine rentrée scolaire dans d’autres établissements de la province. Un bilan global sera ensuite tiré par Caroline Brunet qui souhaite à terme le développer dans de nombreuses écoles du pays.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!