Le Collège Beaubois à Pierrefonds, un établissement d’enseignement privé accueillant 1300 élèves de la maternelle au secondaire, se dote cet automne d’un atelier de fabrication numérique incluant une imprimante 3D, une découpeuse au laser et du matériel audio et vidéo pour développer chez les élèves des «compétences du 21e siècle».

Mise en place grâce à un investissement de 50 000 $, la Fabrique Beaubois permettra divers projets collectifs comme la fabrication d’un moteur électromagnétique, un robot de jardinage automatisé, la conception de maquettes de villes robotisées et la création d’une ligne de vêtements, du plan d’affaires jusqu’à la conception et la vente du produit fini.

«On veut amener les élèves à partir du virtuel vers le réel, à augmenter leurs compétences, travailler en collaboration et utiliser de nouvelles technologies pour faire des projets dans chacune des classes», indique le professeur et coordonnateur de la Fabrique, Michel Choquette.

Bien que des projets plus complexes soient réservés pour les élèves de secondaire 4 et 5, le collège veut également inclure les plus jeunes dans les activités de la Fabrique.

«Pour les classes de maternelle ou du primaire, ça va être un peu plus des projets sur la robotique. On va fabriquer des petits robots, faire des petites villes intelligentes avec les jeunes. Les jeunes vont apprendre à programmer un peu dès la cinquième ou sixième année. À la maternelle, ce sera des projets plus simples», souligne M. Choquette.

Fab Labs
La création de la Fabrique Beaubois s’inscrit dans la mouvance mondiale des Fab Labs, dont le premier laboratoire a été lancé au Massachussets Institute of Technology (MIT) en 2001. L’objectif de l’instigateur du concept, le professeur Neil Gershenfeld, était de faire passer les concepts et idées du monde numérique au réel.

«C’est incroyable de pouvoir passer de l’idée à l’objet. Depuis plusieurs années, avec l’Internet, on allait dans le sens inverse à essayer de tout virtualiser. Ça permet de pousser très loin les capacités d’invention et de créativité», affirme la cofondatrice de Fab Labs Québec, Monique Chartrand.

Selon Fab Labs Québec, plus d’un millier de Fab Labs existent dans le monde aujourd’hui, répartis sur tous les continents.

«C’est un mouvement très fort qui est en émergence depuis une dizaine d’années un peu partout dans le monde. Aux États-Unis, c’est très axé sur les jeunes en milieu scolaire», affirme Mme Chartrand.

Une quinzaine d’institutions, dont des bibliothèques, possèdent la certification Fab Lab au Québec.

Une quinzaine d’établissements additionnels, dont le Collège Beaubois, aurait développé ou serait à créer des projets similaires sans toutefois être signataires de la charte Fab Lab du MIT. On désigne généralement ces institutions comme «maker space».

La charte des Fab Labs vise à garantir une similitude des pratiques et équipements de laboratoire en laboratoire. Un des prérequis afin d’être certifié est de rendre accessible au public au moins une journée par semaine les installations du laboratoire, et ce, gratuitement.

Bien que la Fabrique Beaubois ne soit pas ouverte à la population, le collège vise à intégrer la communauté le plus possible. Le Cercle des fermières de l’Île-Bizard sera notamment invité à venir partager son expertise dans l’optique du projet de création de ligne de vêtements.

Selon la cofondatrice de Fab Labs Québec, Monique Chartrand, la Fabrique Beaubois innoverait en étant le premier atelier numérique de type «maker space» à ouvrir dans une école primaire.

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys a des Fab Labs dans sept écoles secondaires, dont une dans l’Ouest-de-l’Île, l’École secondaire des Sources à Dollard-des-Ormeaux.

Bien que la Commission scolaire anglophone Lester B. Pearson ne dispose pas pour le moment de Fab Lab certifié, le directeur senior des services éducatifs et technologie, Tom Rhymes, a mentionné à TC Media que plusieurs écoles ont converti leurs bibliothèques pour permettre de multiples usages non traditionnels.

Plusieurs écoles secondaires auraient également des laboratoires de robotique ce qui représente une forme de «maker space».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!