Rob Amyot/TC Media Le marché immobilier dans l'Ouest-de-l'Île favorise en ce moment les acheteurs alors qu'un grand nombre de propriétés sont sur le marché.

Les résidents de l’Ouest-de-l’Île peuvent en général s’attendre à voir leurs comptes de taxes que très peu augmenter par rapport aux autres propriétaires de l’agglomération montréalaise selon le rôle d’évaluation foncière 2017-2019.

C’est une résultante directe de la faible hausse de la valeur moyenne des propriétés des villes liées et des arrondissements. Alors que l’augmentation moyenne se situe à 5,9 % sur l’ensemble de l’île de Montréal, Baie d’Urfé (1,1%), Sainte-Anne-de-Bellevue (1,1%) et Senneville (1,8%) sont parmi les cinq avec la moins forte hausse sur les 16 municipalités.

À l’inverse, Pointe-Claire présente l’augmentation la plus élevée avec 5,8%. Beaconsfield subira une hausse similaire avec 5,5%, Dollard-des-Ormeaux affichera une augmentation de 4,2 % et Kirkland, seulement 2,5%.

Les deux arrondissements Pierrefonds-Roxboro (4,6 %) et L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève (3,8 %) se classent tous deux aussi en-deçà de la moyenne montréalaise.

Parc immobilier vieillissant
Le marché immobilier est devenu un marché d’acheteurs au cours des dernières années, ce qui aurait influencé à la baisse les augmentations au rôle d’évaluation foncière selon le chroniqueur en immobilier et courtier chez Royal Lepage, Marc Forget.

«Ça s’est fait graduellement au cours des quatre ou cinq dernières années. Tout devient une question d’offre et de demande. Il y a beaucoup de maisons sur le marché ce qui favorise les acheteurs. On voit le résultat pour ce qui est des prix obtenus», mentionne-t-il.

En plus du resserrement des règles gouvernementales sur l’accès au crédit, M. Forget explique que les banques seraient en ce moment extrêmement prudentes pour l’octroi des prêts, des facteurs qui entraîneraient un ralentissement dans l’immobilier.

«C’est souvent le premier acheteur qui écope. C’est comme une roue. Si ton premier acheteur n’achète pas, le vendeur de cette maison ne peut acheter sa maison suivante», croit-il.

Le parc immobilier de l’Ouest-de-l’Île serait plus vieux, ce qui expliquerait aussi en partie la faible augmentation de la valeur des propriétés.

«Il y a des maisons récentes et neuves, mais beaucoup moins que de l’usager, et il y a des maisons qui ne sont pas rénovées parmi celles-ci. Si un acheteur se retrouve avec un toit à remplacer, une cuisine à refaire et une salle de bain à rénover, c’est certain que le prix de vente ne sera pas aussi élevé», affirme le courtier.

La municipalité de l’agglomération où la valeur moyenne des propriétés augmentera le plus en janvier est Westmount, avec une variation positive de 7,2 %. Ville de Mont-Royal suit de près avec une augmentation de 6,6 %. La Ville de Montréal se classe quant à elle au troisième rang avec une hausse de 6,2 %.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus