Photo: Gracieuseté Le camp pour les garçons aura lieu de 8h à midi les 20 et 21 mai prochains. Le camp pour les filles aura lieu la fin de semaine suivante.

Depuis 2012, pas moins d’une centaine de joueurs de soccer ont reçu une offre de bourse d’études d’universités ou de collèges nord-américains après avoir participé au Combine Ribeiro-Moojen, un camp de soccer se déroulant à Pierrefonds auquel assistent chaque printemps plusieurs entraîneurs des rangs collégiaux. Les inscriptions sont ouvertes pour l’édition 2017.

Sur un total de 40 à 50 joueurs ayant accepté des offres de bourses depuis quatre ans, une dizaine aurait signé des ententes cette année explique Frederico Moojen, un ex-joueur de l’Impact de Montréal qui pilote le camp en compagnie de son ancien coéquipier, Antônio Ribeiro.

«On acceuille entre 10 et 20 entraîneurs au camp. Ils peuvent parler directement avec les joueurs pour qui ils ont de l’intérêt. C’est une très bonne opportunité de se faire valoir», indique Moojen.

Seize universités et collèges ont envoyé des entraîneurs en mai dernier, dont cinq situés au Canada. C’était la première fois que des institutions d’enseignement canadiennes déléguaient des représentants au camp printanier.

Au nombre des universités prestigieuses ayant délégué un représentant au cours des dernières années, on compte notamment Columbia University (New York, NY), Florida International University (FIU) et University of Massachussets.

Bourse
À la suite d’une participation au camp 2016, Emmanuelle Barrette, 17 ans, a obtenu cinq offres d’universités américaines, dont une offre pour une bourse dite «complète», d’une valeur de 50 000 $ par session à UMass Lowell au Massachussets, offre qu’elle a accepté afin d’étudier la criminologie ou les communications dès l’an prochain.

«C’était mon rêve depuis que j’étais toute petite d’aller dans une université américaine», raconte Barrette qui n’a que de bons mots pour le Combine Ribeiro-Moojen. J’étais au courant que c’était un bon endroit pour se faire voir.

Le camp est super bien organisé. Bien des universités s’y présentent et on nous aide à faire le suivi avec les entraîneurs après le camp».

Jean-Emmanuel Ahouman a, quant à lui, décroché une première bourse à William University au Mississippi en 2012 avant de transférer au Bluefield College en Virginie trois ans plus tard après une deuxième participation au Combine.

Ce dernier souligne que le camp offre une rare opportunité de débouché pour les jeunes joueurs de soccer québécois.

«Au Québec, les opportunités sont assez limitées. On parle souvent de l’Académie de l’Impact qui est probablement la meilleure place où jouer à Montréal lorsqu’on est jeune. Pour la plupart d’entre nous, ça va être difficile de percer là, précise-t-il. Au niveau sportif, c’est vraiment plus attrayant aux États-Unis».

«Combine»
En plus de divers exercices techniques, les participants disputent deux matchs devant les entraîneurs invités. Chaque entraîneur reçoit un livret contenant des informations sur chaque joueur ce qui leur permet de mieux les évaluer.

Se déroulant en mai au parc Grier, le camp est ouvert aux filles et garçons de niveau secondaire 4 à collégial. Au moment d’écrire ces lignes, une trentaine de joueurs s’étaient inscrits. Chaque année, de 80 à 120 jeunes participent au camp.

Un premier dépôt non-remboursable de 150$ est exigé au moment de l’inscription. Un deuxième paiement de 150$ non-remboursable, est payable avant le 9 mai.

Pour s’inscrire, visiter http://www.antonioribeiro.ca ou contactez Frederico Moojen au 514 885-2141.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!