Une vingtaine d’étudiants du Collège John Abbott en soins infirmiers, préhospitaliers d’urgence et en techniques policières, ont été appelés samedi à mettre leurs connaissances théoriques en pratique dans le cadre d’une simulation d’accident de la route avec blessés.

Le temps maussade, le bruit des sirènes, les hurlements, l’utilisation de comédiens et d’un mannequin contribuaient au réalisme de la scène organisée dans le cadre de la journée porte ouverte du Collège.

C’est la première fois qu’un tel événement a lieu afin d’apprendre aux étudiants des trois départements à travailler ensemble, comme ils le feraient dans la vraie vie. La simulation, d’un peu plus d’une heure, a été présentée à deux reprises pendant l’après-midi devant les yeux de nombreux curieux et futurs étudiants.

Cris, blessures et interrogatoire
Au sol, un mannequin est étendu, près de deux voitures qui viennent d’entrer en collision. Sa jambe gauche est amputée.

Des cris se font entendre, ceux de sa conjointe, qui est en état de choc. La femme présente des lacérations à la tête. Confus, le conducteur de l’autre véhicule impliqué dans la collision tente de comprendre ce qui vient de se produire. Les deux acteurs laisse transparaître la gravité de la situation.

Les ambulanciers arrivent rapidement sur les lieux et prennent en charge les trois victimes [ un mannequin et deux acteurs].

Les policiers arrivent peu de temps après et sécurisent les lieux. La femme, toujours paniquée, est prise en charge par les secours, pendant que son mari reçoit les soins nécessaires.

Le chauffeur est interrogé par les policiers, il semble intoxiqué par l’alcool. Les deux blessés sont transportés à l’hôpital, tandis que le conducteur est conduit au poste de police pour y subir un alcooltest.

La mise en scène se veut un complément au parcours académique des étudiants. «Être capable de pratiquer avant, c’est très utile, ce n’est pas un choc quand on arrive sur le marché du travail», affirme Zachary Carroll, un gradué du programme en soins infirmiers en 2015.

Même s’il s’agit d’un scénario mis en place par le Collège, cet accident fictif reflète très bien la réalité à laquelle devront faire face les étudiants lorsqu’ils seront sur le marché du travail.

Meilleure préparation
«Cette expérience leur donne l’opportunité de pratiquer dans un environnement sécuritaire», explique Debbie Coveduck, l’une des responsables de la simulation.

En plus de leur permettre de pratiquer les techniques apprises en classe, les élèves apprennent également à communiquer entre eux. «C’est vraiment de reproduire ce qui se fait en vrai, le travail qu’on fait ensemble. C’est une bonne préparation», admet Jean-Philippe Angers, étudiant et président du programme en techniques policières.

Les étudiants s’entendent pour dire que la communication et le travail d’équipe sont des éléments clés dans ces métiers. «On est plus conscient du métier de l’autre. Ça nous permet de plus se respecter», constate Jasmine Cojolet du programme en soins préhospitaliers.

Après la simulation, les futurs étudiants étaient d’ailleurs invités à poursuivre la discussion sur ce qu’ils ont observé en allant visiter le département dans lequel ils aimeraient étudier.

Météo
La pluie n’a pas empêché la tenue des deux simulations. Bien que les organisateurs auraient préféré que Dame Nature se montre plus clémente, la météo a permis d’ajouter du réalisme au scénario.

«Ça reflète vraiment le métier. Je ne vais pas dire, je ne sors pas de mon camion parce qu’il ne fait pas beau, parce qu’il pleut, parce qu’il neige ou parce qu’il y a de la glace, fait valoir Jasmine Cojolet. Quand les gens font le 911, pour eux c’est la pire détresse qu’ils peuvent vivre. C’est demander de l’aide à quelqu’un que tu ne connais pas», ajoute-t-elle.

Le Collège John-Abbott compte plus de 6500 étudiants à plein temps et 2000 étudiants à temps partiel.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus