Photo: Gracieuseté L'humoriste a connu beaucoup de succès au cours des derniers mois avec sa campagne de promotion de «l'humoriste mystère». Cette dernière lui a permis de vendre plus de 20 000 billets pour son nouveau spectacle.

Sortir de la routine et combattre l’envie de s’installer dans le confort et la stabilité du quotidien font partie des réflexions qui ont inspiré Pierre Hébert pour son second spectacle solo. L’humoriste sera à la salle Pauline-Julien vendredi et il a Le goût du risque, soyez avertis.

Le titre de son nouveau one-man-show pourrait laisser croire que Pierre Hébert a besoin d’émotions fortes mais le principal intéressé est le premier à dire que ce désir de se lancer dans le vide n’est pas au sens propre, mais bien au sens figuré.

«Prendre un risque, pour moi, ce n’est pas pratiquer un sport extrême. C’est faire un choix qu’on n’aurait pas nécessairement fait, aller vers ce qui nous rend moins confortable. Se donner un coup de pied pour se réveiller!», raconte l’homme de 35 ans, au bout du fil.

Quand il a commencé l’écriture de son spectacle, il venait de devenir père. Sa fille maintenant âgée de 22 mois, le voici sur scène en pleine période de rodage.

«J’étais dans un moment de ma vie où j’allais dans les mêmes restos et voyageais aux mêmes endroits… Je trouvais que je ne prenais plus de risques et ce n’est pas ce que je veux que ma petite puce voit et apprenne».

Dans son one man show, Hébert parle de sa vie, de sa famille et il n’hésite pas à tourner en dérision ses propres appréhensions. La peur de ne pas être bon, à la hauteur, de perdre ses repères ou encore cette stabilité, qu’on a justement acquise en prenant des risques. «La peur est la pire motivation de la vie», fait-il remarquer.

Sculpter dans le détail
La tournée Le goût du risque débutera officiellement en février 2017. L’humoriste, qui avait une vingtaine de dates de rodage annoncées d’ici là, estime que le spectacle ressemble à 95% à ce que sera la version finale. «Le show est bien enclenché. Je suis rendu à l’étape des menus détails; un peu comme une sculpture qu’on améliore en enlevant et en ajoutant des petits bouts».

De la création à la scène, il souligne apprécier chacune des étapes du métier. «J’aime tout du spectacle. M’asseoir pour écrire les premières lignes, le rodage, me promener à travers le Québec, voir la réaction des gens et le show qui s’améliore de soir en soir», observe celui qui s’arrêtera à la salle Pauline-Julien pour une seconde fois ce vendredi.

Pierre Hébert sera en spectacle à la salle Pauline-Julien le vendredi 11 novembre, à 20h. Informations: http://www.pauline-julien.com, 514 626-1616.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus