Photo: Gracieuseté - François Goupil La Symphonie n˚6 «Pastorale», composée par Beethoven en 1808, sera interprétée par l’Orchestre Métropolitain et sa piccolo solo Caroline Séguin.

L’eau, le vent, l’orage, le chant des oiseaux; la Symphonie n˚6 «Pastorale de Beethoven fait place à la nature et ses contrastes. L’œuvre, parmi les plus célèbres du compositeur allemand, est au cœur du programme que l’Orchestre Métropolitain offrira à Pierrefonds prochainement.

Pour Caroline Séguin, piccolo solo de l’Orchestre Métropolitain, ce récital présenté en tournée est une belle opportunité de plonger dans l’univers de Ludwig van Beethoven. «C’est toujours agréable de le jouer, il est un symphoniste incroyable. Particulièrement sa Symphonie n˚6 «Pastorale», une grande œuvre».

Son instrument, la musicienne souligne d’ailleurs que Beethoven fut le premier compositeur à l’inclure à ses symphonies. «Le piccolo était présent dans les œuvres baroques, mais Beethoven est le premier à l’avoir intégré aux œuvres symphoniques.»

Les extrêmes 
Dans la partition en cinq mouvements de la Symphonie n˚6 «Pastorale, Caroline intervient à un instant bien précis, quand la nature se déchaîne.

«Beethoven a utilisé le piccolo avec les trombones dans le moment de la tempête. Ces instruments ajoutent de l’intensité en allant vers les extrêmes, autant dans le grave que dans l’aigu», explique-t-elle.

La musicienne se produit à titre de soliste dans le concert. Une première professionnellement pour celle qui occupe le poste de piccolo solo de l’orchestre depuis treize ans. «Nous formons une famille et c’est ce qui fait la force de l’ensemble, chacun est inclus.»

Questionnée à propos des éléments qui favorisent l’harmonie et la cohésion au sein d’un groupe de plusieurs musiciens, la soliste relève trois mots clés: rigueur, écoute et flexibilité.

«La rigueur, car si chacun joue bien sa partition c’est un très bon départ. L’écoute pour être à l’affût de ce que nos collègues font à côté et la flexibilité afin de pouvoir s’ajuster à ce qu’il y a autour et rester mobile avec ce que le chef souhaite», résume Caroline Séguin.

En plus de la Symphonie n˚6 «Pastorale» de Beethoven, Les Oiseaux de Respighi et le Concerto pour piccolo de Liebermann viennent compléter le programme, sous la direction musicale de Christian Macelaru.

Le concert La «Pastorale» de Beethoven sera présenté le mercredi 29 mars à 19h30, à l’église Sainte-Suzanne située au 9501 boul. Gouin Ouest à Pierrefonds. Informations: ville.montreal.qc.ca, 311.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!