Archives/TC Media Le projet Cap Nature prévoit la construction de 5500 nouveaux logements dans Pierrefonds-Ouest.

Citant en exemple les crues historiques des dernières semaines à Montréal, le groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme réclame que l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) retarde ses procédures d’audiences publiques dans le dossier de Pierrefonds-Ouest jusqu’à ce que la Ville se dote de nouvelles cartes des zones inondables.

Le groupe y a été de cette requête lundi alors que l’OCPM tenait deux séances sur le dossier, à ses bureaux du centre-ville de Montréal.

«On a besoin de plus d’information pour protéger le public de constructions futures dans des zones à risque. Nous voulons que les cartes à jour fassent partie du processus de consultation», indique la porte-parole du groupe, Sue Stacho.

Bien que l’information sur les cotes de crues des eaux pour la région de Montréal soit disponible sur le web, elle date toutefois de 2006.

Ces cotes de crue des eaux indiquent la hauteur historique de l’eau sur 2 ans, 20 ans et 100 ans. En raison des récentes inondations, le groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme voudrait que ces informations soient mises à jour.

«Comment la Ville peut-elle permettre un développement massif sans information appropriée sur les risques d’inondation, et de ce fait, peut-être mettre les nouveaux résidents en danger?», poursuit Mme Stacho.

Le groupe appuie aussi son argumentaire sur le fait que l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro, où doit être réalisé le projet Cap Nature, possède un rivage de 29,5 kilomètres sur la Rivière des Prairies.

Le secteur a été particulièrement touché par les inondations, laissant des centaines de propriétaires et de nombreuses entreprises face à d’énormes nettoyages et des reconstructions.

Cap Nature
Représentant les cinq promoteurs du projet, le lobbyiste David Cliche a présenté un mémoire de trois pages devant l’OCPM lundi.

Dans le document, il reproche notamment à la Ville de Montréal, qui a ce printemps effectué une présentation sur l’historique du secteur Pierrefonds-Ouest, de n’avoir pas adéquatement décrit le «long processus de la planification concertée du projet de Pierrefonds-Ouest entre 2008 et 2015».

Les promoteurs sont d’avis que la Ville de Montréal n’a pas à attendre jusqu’à 2019 et peut-être plus, pour donner le feu vert final au projet de Pierrefonds-Ouest.

«Il n’y a donc aucune raison de retarder la dernière étape de l’approbation de ce projet exceptionnel. Si une telle situation de report indu d’approbation du projet devait malheureusement se concrétiser, vous pouvez facilement comprendre que les cinq propriétaires-promoteurs se sentirons alors lésés», fait-il savoir.

Débutées le 2 mai, les séances d’audition des opinions de la consultation de l’OCPM se poursuivront jeudi aux bureaux de l’organisme consultatif, au centre-ville. Notons que les séances prévues pour la semaine du 8 mai à la mairie de Pierrefonds ont été annulées en raison des inondations de la mairie.

18 000 supporteurs
Les membres de Sauvons l’Anse-à-l’Orme se sont opposés au développement de cette zone naturelle depuis que les plans du projet ont été publiés en juin 2015.

À ce jour, le groupe a aussi le soutien de groupes environnementaux tels que La Fondation David Suzuki, The Green Coalition, Les Amis de Park Meadowbrook, Sierra Club Québec et Sauvons La Falaise.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!