François Lemieux/TC Media Amélie-Maude Lemire trappe des chats errants depuis un an pour un organisme montréalais dont elle préfère taire le nom, dans le but qu'il ne se retrouve pas inondé de nouveaux appels. L'organisme en question n'a pas, pour le moment, les ressources pour traiter de nouveaux cas.

Trappeuse de chats bénévole pour un organisme montréalais de stérilisation, Amélie-Maude Lemire dédie environ quatre heures par jour à cette activité depuis un an. Exténuée, elle fustige Pierrefonds-Roxboro, parce que l’arrondissement ne dispose toujours pas de programme pour «capturer, stériliser, relâcher et maintenir (CSRM)».

Presque chaque jour de la semaine, Mme Lemire part sur la route avec ses cages et ses pièges afin d’enrayer le problème de surpopulation des chats dans l’Ouest-de-l’Île, notamment dans Pierrefonds-Roxboro.

Répondant aux appels de citoyens qui se plaignent de voir des chats errants élire domicile sur leurs propriétés, Mme Lemire indique qu’il en coûte entre 100 et 150 $ pour vacciner, stériliser et protéger contre les puces chaque chat trappé. Cette somme est assumée par l’organisme ou les citoyens qui téléphonent. Cependant, les soins pour les chats blessés ou la nourriture pour les chatons sont souvent à sa charge.

L’organisme, qu’elle préfère ne pas nommer pour qu’il ne soit pas inondé d’appels, s’occupe de 200 chats par année, mais doit souvent arrêter ses opérations au mois d’août, en raison de manque de fonds. Mme Lemire voudrait voir l’arrondissement s’impliquer le plus rapidement possible.

«J’opère un peu partout. Souvent je ramène des chats chez moi. Je fais des appels, je dois confirmer des rendez-vous de vétérinaire. C’est vraiment beaucoup de travail. Mais je suis tannée de faire ça. Ça devrait être la job de la ville et c’est trop pour une seule personne. Je ne suis plus capable. J’ai assez perdu de temps», fait-elle valoir.

SPCA
L’arrondissement est intéressé de se doter d’un programme de capturer, stériliser, relâcher et maintenir (CSRM), selon le maire, Dimitrios (Jim) Beis. L’arrondissement serait en pourparlers avec la Société canadienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) pour créer un programme d’ici septembre.

N’ayant pas retourné nos appels, la SPCA Montréal n’a toutefois pas confirmé cette information. De son côté, Mme Lemire demeure sceptique quant aux promesses du maire.

«Il dit qu’on va avoir un programme depuis trois ans. Si on appelle au 311 pour signaler un chat, Ils répondent systématiquement que ce n’est pas leur problème et de bloquer les accès. Ils font semblant qu’ils vont faire quelque chose», avance-t-elle.

Si elle applaudit le fait qu’un programme de stérilisation pourrait bientôt être créé à Pierrefonds-Roxboro, elle met en doute le choix de la SPCA pour s’occuper des stérilisations, étant donné que l’organisme en question est situé à bonne distance de Pierrefonds-Roxboro, dans Côte-des-Neiges.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!