Rob Amyot/TC Media L'attente des résultats s'est faite dans l'anxiété par moments pour Normand Marinacci, qui, au fil de la soirée, n'a cependant jamais perdu son avance sur le candidat d'Équipe Denis Coderre, Éric Dugas.

La lutte aura été serrée dans L’Île-Bizard – Sainte-Geneviève le 5 novembre, mais au final, le maire sortant sous la bannière de Projet Montréal, Normand Marinacci, a remporté une victoire décisive. Réélu, son équipe de conseillers est maintenant composée de membres de son parti, à l’exception d’un seul dans le district Sainte-Geneviève. De plus, la chef Valérie Plante a pris la tête de la Ville de Montréal.

M. Marinacci a obtenu un nouveau mandat avec une majorité de 484 votes sur son plus proche concurrent, le conseiller municipal Éric Dugas d’Équipe Coderre. M. Marinacci a récolté 43% du vote populaire contrairement à 36% pour M. Dugas.

De son côté, Stéphane Côté, du parti Vrai changement, a été choisi par 21% des électeurs.

Christian Larocque dans Denis-Benjamin-Viger, Robert Samoszewski dans Jacques-Bizard et Yves Sarault dans Pierre-Foretier, ont tous été élus conseiller d’arrondissement.

Dans Sainte-Geneviève, Suzanne Marceau, pour l’Équipe Coderre, a obtenu 40 voix de plus que la candidate de Projet Montréal, Geneviève Labrosse.

«On a eu une bonne majorité, indique M. Marinacci. J’ai de bons conseillers avec moi. On a fait de belles choses pendant quatre ans et on va continuer dans ce sens. Nous allons tenter tous ensemble de rassembler tous les citoyens, peu importe pour qui ils ont voté.»

Le maire prévoit continuer ses efforts pour faire adopter le projet de paysage humanisé, qui permettra notamment d’assurer la pérennité des activités agricoles et la conservation du patrimoine naturel pour le secteur ouest de L’Île-Bizard.

Parmi ses autres priorités, notons l’achat d’espaces verts, l’aménagement du nouveau pont, ainsi qu’un projet de piscine intérieure au cégep Gérald-Godin.

Valérie Plante
Le maire Marinacci a critiqué de nombreuses fois l’administration de l’ex-maire de Montréal, Denis Coderre. Ce fut notamment le cas lors du rapatriement de la gestion du matériel roulant ou lorsque la ville-centre s’est octroyé le pouvoir de destituer les directeurs d’arrondissement.

Alors sous la bannière de Vrai changement, M. Marinacci avait notamment accusé M. Coderre de faire un «powertrip en centralisant tous les pouvoirs».

Avec la victoire de Valérie Plante à la mairie, M. Marinacci se ravit de voir à la ville-centre une administration avec laquelle il pourra avoir un «meilleur dialogue».

«On a travaillé pendant quatre ans avec une équipe qui ne collaborait pas avec nous. Maintenant, de savoir qu’on va travailler avec des gens de notre parti, ça va nous rendre la tâche d’autant plus facile», souligne-t-il.

«Retour à la vie civile»
Pour sa part, Stéphane Côté croit que le choix de Vrai changement de ne pas présenter de candidat à la mairie de Montréal a eu un gros impact dans sa campagne. De plus, il est d’avis que M. Marinacci a profité du momentum de Valérie Plante.

«Pendant toute la campagne et jusqu’au début octobre, les gens me disaient qu’ils ne voulaient plus du maire Marinacci. Tout à coup, le maire Coderre s’est mis à planter du nez royalement et Valérie Plante à monter [dans les intentions de vote]. Je pense sincèrement que les gens n’ont pas voté Marinacci, ils ont voté Plante», précise-t-il.

Le candidat Éric Dugas n’a pu être rejoint avant l’heure de tombée pour commenter les résultats.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!