Photo: Gracieuseté/Hugo Clermont Les Kingpins seront en tête d'affiche du Festival de ska de Montréal, le 25 novembre au Café Campus, à Montréal.

Êtes-vous nostalgique de la musique des années 1990 ? Le groupe Kingpins proposera, lors du neuvième Festival de ska de Montréal, un retour vers cette époque faste du ska canadien. Le groupe, qui compte des membres ayant grandi dans l’Ouest-de-l’Île, interprètera principalement des titres de leur album à succès de 1999, Let’s go to work.

Ce sera une rare apparition sur scène pour le groupe qui a principalement été actif entre 1994 et 2004. On peut compter sur les doigts d’une main le nombre de prestations qu’ils ont offertes depuis la fin officielle du groupe.

Membre fondatrice, chanteuse et saxophoniste, Lorraine Muller, qui est autrement connue dans l’industrie comme la «reine du ska», s’attend à pouvoir passer un beau moment avec les amateurs irréductibles des Kingpins.

«Entre 1997 et 1999, on jouait à salle comble au Métropolis, au Club Soda, au Spectrum. On faisait des tournées. Partout où on jouait, c’était plein. On voulait souligner cette époque et aussi donner l’occasion à la plus jeune génération qui n’a jamais vu les Kingpins en spectacle de nous voir jouer», indique celle qui a notamment grandi à Dorval et Dollard-des-Ormeaux.

Le ska est un style de musique très rythmé, qui se caractérise par des contretemps à la guitare. Il tient son origine en Jamaïque à la fin des années 1950. Il s’agit notamment de la musique précurseur du reggae.

Tous les membres du groupe ayant participé à l’enregistrement de Let’s go to work, à l’exception du guitariste Bobby Beaton, seront sur scène le 25 novembre au Café Campus.

Les Kingpins seront en tête d’affiche du festival, qui débutera le 23 novembre. En plus du Café Campus, des prestations auront lieu au Ye Olde Orchard, Plateau. Les amateurs pourront entendre du ska rock, jazz, punk ou twist.

Du punk au ska

Parmi les 13 formations au programme du festival cette année, on retrouve Danny Rebel and the KGB, un groupe formé exclusivement de membres de l’Ouest-de-l’Île.

Fondé en 2007 par cinq ex-musiciens de punk ayant grandi à Dorval, Kirkland et Pointe-Claire, le groupe joue du ska plutôt traditionnel et sans section de trompettes. Ayant sorti leur troisième album en carrière cet été, ils en seront à une quatrième présence au Festival de ska de Montréal.

«C’est comme une réunion de famille. On vit tous dans la même ville, mais tout le monde est occupé. Ce festival nous permet de nous rassembler. J’adore ça. On est tous des nerds, mais tout le monde se supporte et c’est génial», fait valoir le chanteur et guitariste rythmique, Daniel Tabo-Oy.

Par ailleurs, il vante la qualité des groupes qui seront présents au festival, dont les Kingpins, une formation qu’il écoutait dans sa jeunesse et avec qui il s’est maintenant lié d’amitié.

«D’autres groupes comme 2 Stoned 2 Skank font partie de l’histoire montréalaise du ska. Ils faisaient partie de la scène punk. Ils faisaient un mélange entre les deux et c’était génial», souligne-t-il.

Le Festival de ska de Montréal se tiendra du 23 au 26 novembre.

Pour plus d’infos: montrealskafestival.ca.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!