Photo: Gracieuseté L'investiture de Nicolas Chatel-Launay a été confirmée le 8 mai, à Montréal.

Agent de recherche pour un organisme œuvrant à la réduction de l’usage des pesticides en agriculture, Nicolas Chatel-Launay sera candidat de Québec solidaire dans Jacques-Cartier aux élections provinciales de cet automne. Le résident de Sainte-Anne-de-Bellevue fera de la défense de l’environnement son principal cheval de bataille.

Âgé de 27 ans, M. Chatel-Launay en sera à ses troisièmes élections provinciales avec Québec solidaire. Il s’était présenté dans la circonscription de Laval-des-Rapides aux dernières élections générales et dans Sainte-Rose, en septembre 2012.

Titulaire d’un baccalauréat de l’Université McGill en Sciences de l’agriculture et de l’environnement avec une spécialisation en entomologie, le candidat a terminé ses études il y a un peu plus d’un an.

«Ce qui me pousse le plus, c’est la protection des milieux [naturels], particulièrement dans le secteur agricole, sans compter la protection des boisés urbains et l’importance du transport en commun. Là-dessus, Québec solidaire est le seul parti qui a réellement une plateforme solide», indique-t-il.

Déplacements
Nicolas Chatel-Launay considère qu’un des problèmes les plus criants de la circonscription, où nombre de gens font chaque matin la navette jusqu’au centre-ville de Montréal, est la question du transport en commun.

«On a deux autoroutes régulièrement congestionnées et malheureusement, peu de systèmes de transport en commun efficaces jusqu’à Montréal. On a des lignes d’autobus très lentes et pas pratiques. Il y a bien le train de banlieue, mais il est uniquement accessible pour les gens ayant un horaire de 9h à 17h. En dehors de ça, le service est loin d’être suffisant», fait-il valoir.

Le candidat voit d’un bon œil l’arrivée prochaine du Réseau express métropolitain (REM), mais seulement s’il est possible d’acheminer efficacement les utilisateurs de leur résidence aux gares.

«Le gros des habitants de la circonscription est situé au sud de l’A20 et le REM sera le long de l’A40. Il faudrait notamment que les horaires d’autobus soient compatibles avec ceux du REM», souligne-t-il.

Québec solidaire s’est récemment engagé à réduire de 50 % le prix du transport en commun dans la province, une mesure évaluée à 428M$ par année.

85%
Le libéral Geoffrey Kelley a obtenu plus de 85% du vote populaire lors de la dernière élection générale dans Jacques-Cartier, en avril 2014. Il a d’ailleurs obtenu d’écrasantes majorités au cours des sept dernières élections. Une situation qui ne semble pas décourager M. Chatel-Launay, qui affirme que les anglophones ont besoin d’une option de rechange aux libéraux qui les tiendraient en otage depuis des décennies.

«Il leur faut une option de gauche et environnementaliste, précise-t-il. Je connais plein d’anglophones très à gauche, qui veulent protéger la planète. La Coalition avenir Québec (CAQ) et Parti québécois (PQ) pour ce qui est de l’immigration et de l’accueil des minorités, ont des valeurs qui ne les rejoignent tellement pas.»

Cap Nature
Le méga-projet de développement immobilier Cap Nature, qui prévoit la construction de 5 500 nouvelles portes dans Pierrefonds-Ouest, est une autre préoccupation du candidat, même si la zone visée se trouve à l’extérieur de Jacques-Cartier.

«Elle est adjacente au parc du Cap-Saint-Jacques, à l’Arboretum Morgan et au parc agricole du Bois-de-la-Roche. Pour conserver cet écosystème fonctionnel, il faut que ça reste une chaîne d’espaces verts où les animaux peuvent se déplacer. C’est quelque chose que je voudrais vraiment pousser avec mes collègues de Nelligan et Robert-Baldwin», souligne-t-il.

Le candidat affirme que pour empêcher le développement immobilier d’espaces verts comme ceux de Pierrefonds-Ouest, il faudrait revoir le système de financement des municipalités afin qu’elles soient moins dépendantes des revenus fonciers.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!