François Lemieux/Métro Média Craig Sim Webb.

Craig Sim Webb est en compagnie d’Elsianne Caplette, chanteuse et compositrice pour le groupe canadien Elsianne. Cette dernière raconte comment elle a été inspirée par ses rêves dans The dreams behind music.

Qu’ont en commun les chansons À tout le monde du groupe Megadeth, Ring of fire de Johnny Cash ou Satisfaction des Rolling Stones? Chacune d’entre elles fut inspirée par un rêve. Dans la huitième édition de son livre, parue ce mois-ci, un auteur de Beaconsfield révèle que les rêves ont servi d’étincelle à plus de 100 musiciens connus pour certaines de leurs plus célèbres compositions.

Dans The dreams behind music, Craig Sim Webb, qui a notamment été chercheur et technicien au laboratoire de rêve lucide au sein du département de psychologie de l’université Stanford, dans les années 1990, présente quantité d’histoires et anecdotes d’artistes célèbres ayant utilisé leurs songes comme source de créativité.

Grâce à plus de 3000 heures de recherche et d’entrevues, il révèle ou rappelle l’origine de certaines des chansons les plus connues de l’histoire de la musique moderne.

«Beaucoup d’idées qui peuvent affecter un grand nombre de personnes descendent directement de rêves. Je voulais parler le langage des célébrités pour toucher le plus de monde possible», indique-t-il.

Parmi celles-ci, on retrouve Yesterday, des Beatles, écrite par Paul McCartney après que celui-ci eut entendu une mélodie dans son sommeil.

Un autre grand succès des Fab Four, Let it be, a également été inspirée d’un songe. Le bassiste et chanteur l’aurait écrite après avoir reçu en rêve la visite de sa défunte mère.

L’auteur explique que d’autres artistes ont «reçu» des paroles, comme Sting du groupe The Police. En entrevue, il y a plusieurs années, il a révélé s’être réveillé au beau milieu de la nuit avec en tête la phrase Every breath you take, qu’il a immédiatement transformé en chanson, une des plus connues du groupe.

Rêves prémonitoires
Si le monde des rêves a servi de bougie d’allumage pour l’écriture de nombreuses chansons connues, M. Sim Webb note aussi que plusieurs artistes connus mondialement ont au cours de leur carrière été influencés par des rêves prémonitoires.

L’ex-batteur de Nirvana et chanteur des Foo Fighters, Dave Grohl aurait été encouragé de se lancer dans une carrière musicale à la suite d’un rêve fait dans sa jeunesse.

Le chanteur et guitariste rythmique des Beatles, John Lennon, aurait quant à lui eu à quelques reprises dans son sommeil des prémonitions laissant présager sa mort.

Lors d’un de ces rêves, survenu en 1979, un individu joufflu et portant des lunettes s’était approché de Lennon et de sa famille alors qu’il mangeait dans un restaurant.

Après que le musicien eut demandé à l’homme de confirmer qu’il n’était pas fou, ce dernier avait paru nerveux. Des policiers étaient ensuite apparus dans le rêve pour informer Lennon que l’individu portait un révolver chargé. Le 8 décembre 1980, un fan en surpoids et portant des lunettes a abattu John Lennon, à New York.

Dans son livre auto-publié de près de 300 pages, l’auteur avance que des artistes de tous les genres musicaux sont influencés par leurs songes.

Il évoque les rêves des artistes pop Katy Perry et Taylor Swift, du rappeur canadien Drake, mais recule également en arrière pour faire état des rêves qui ont stimulé de nombreux compositeurs de musique classique, tels Ludwig Van Beethoven, Richard Wagner ou encore Igor Stravinsky.

Il parle aussi de l’importance des rêves pour certaines cultures ancestrales telles que les Grecs de l’Antiquité, les aborigènes d’Australie ou les Premières Nations autochtones d’Amérique du Nord.

M. Sim Webb aborde aussi le phénomène des rêves lucides, c’est-à-dire les songes dans lesquels l’individu est conscient qu’il est endormi.

Il réserve un chapitre à des techniques pour canaliser le potentiel du monde des rêves, notamment pour stimuler le rappel des rêves, apprendre à tirer profit des cauchemars et développer la possibilité de faire des rêves lucides.

Rédigé en anglais, The dreams behind music a été publié pour une première fois en septembre 2016. La huitième édition du livre a été publiée début mai.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!