Yves Saint-jean Éric Fontaine, directeur technique de la SPJ, est l’un des artisans de ses succès. Avant la levée du rideau, il s’assure avec son équipe que tout soit parfait.

Dans les coulisses de la salle Pauline-Julien (SPJ), à Sainte-Geneviève, une équipe s’affaire à l’éclairage, au son et de tous les détails menant au succès de chaque représentation.  Pour que tout soit bien orchestré, le directeur technique Éric Fontaine planifie et coordonne, jusqu’à des mois d’avance, tous les aspects d’un spectacle pour optimiser l’expérience du public et des artistes.

Quand on additionne les spectacles, les projections de films sur grand écran et les activités scolaires du cégep Gérald-Godin, ce sont plus de 130 événements de tous genres qui, annuellement, occupent le temps de M. Fontaine. À cela s’ajoutent les locations pour des événements ou des spectacles par des producteurs privés.

Le natif de l’arrondissement Saint-Léonard, installé depuis 12 ans à Sainte-Geneviève avec sa conjointe et leurs deux filles, a développé au fil des ans un lien avec le théâtre.

«Je suis tombé en amour avec la salle. Son ouverture, son engagement et son respect de la communauté me rejoignent totalement. Et à cela s’ajoute sa promotion de la culture francophone», explique M. Fontaine qui, dans ses temps libres, est aussi guitariste et chanteur d’un groupe rock de garage qu’il a formé avec des amis.

Multifonctionnelle

La vocation du lieu de diffusion, imbriqué dans le cégep Gérald-Godin, est culturel, communautaire et pédagogique. Sans entrée distincte ni de marquise annonçant ses spectacles, la salle réussie tout de même à tirer son épingle du jeu.

«Lorsque l’on fait des activités scolaire il y a une union entre le cégep et la salle que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. L’aspect humain et technique de la salle en font une rareté, mentionne M. Fontaine qui apprécie la multiplicité des usages de l’endroit. Je vais avoir l’air de prêcher pour ma paroisse, mais, parce que j’ai travaillé ailleurs, je peux affirmer que la SPJ est un joyau».

Concerts, soirées cabaret, spectacles d’humour, pièces de théâtre, banquets ou réceptions de mariage peuvent être accueilli.

La salle à géométrie variable dispose de toutes les nouvelles technologies telles que connectivité et numérisation que ce soit au niveau des éclairages, de la sonorité et des projections vidéo.

«Notre cadre de scène a 12 mètres d’ouverture, 18 si vous ajoutez la coulisse, avec une profondeur de 18 mètres. Peu importe où l’on est assis, on a une pleine vision de la scène. Très peu d’endroits offrent une telle visibilité», précise-t-il, ajoutant que les bancs seront bientôt changés, ce qui en rehaussera le confort.

20 ans

Pour ses 20 ans de la SPJ, le directeur technique souhaite qu’elle soit plus autonome.

«Je voudrais qu’elle ait un vrai pignon sur rue et qu’elle reçoive un financement approprié à la hauteur de ses projets et de son potentiel. Malgré tout ce qui a été accompli au fil des ans, il y encore beaucoup à faire», mentionne Éric Fontaine.

Les célébrations concorderont cet automne avec celui du décès de Pauline Julien.

Salle Pauline-Julien (15 615, boulevard Gouin Ouest, Sainte-Geneviève).

Pour plus d’infos

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!