Les citoyens de Pointe-Claire pourront se faire entendre sur le projet de démolition du bar Le Pionnier mis de l’avant par la firme Gestion Koebra, au retour des vacances de la construction.

La consultation publique se tiendra le 9 août, à l’Hôtel Holiday Inn de la Route Transcanadienne lors d’une réunion publique du comité de démolition.

Au terme de cette rencontre, les trois membres siégeant au comité devront prendre une décision quant au projet de remplacer le Pionnier par 15 condos, trois maisons de ville et quatre commerces.

Le plan prévoit aussi que Gestion Koebra se portera acquéreur du stationnement municipal voisin du Pionnier sur lequel il construira une partie de son projet.

Opposition
Près de 4000 personnes ont signé une pétition s’opposant au développement immobilier. Timothy Lloyd Thomas, un antiquaire de l’avenue Cartier, croit qu’avec la venue du projet de Gestion Koebra, le village perdra son cachet qui donne au secteur un avantage compétitif du point de vue marketing.

«L’immeuble qu’ils veulent construire ressemble à n’importe quel bâtiment d’acier et de verre moderne qu’on retrouve à la grandeur de Montréal. La viabilité commerciale de ce village vient du fait qu’il est différent du reste de l’Île. Ce projet va dominer le village de Pointe-Claire et le rendra identique à partout ailleurs», fait-il valoir.

Autre offre
Gestion Koebra n’est pas le seul acquéreur potentiel du Pionnier. Paul Parfett, qui possède un garage tout près, voudrait acheter le bar afin de le rénover et en faire une attraction gastronomique et musicale haut de gamme.

«J’ai prévu de rénover l’immeuble et de le ramener à son ancienne gloire. Je veux préserver la beauté unique du village. Le Pionnier est un point de repère majeur qui se trouve en plein centre du village. Il doit être préservé et restauré», indique-t-il.

S’il parvient à acquérir le bar, M. Parfett prévoit y investir 500 000 $ au cours des cinq prochaines années afin de remettre le bâtiment en bon ordre, notamment une réfection du toit et des salles de bain, en plus de refaire des balcons. Il mentionne avoir parlé à deux architectes avec lesquels il a commencé de préparer des plans.

«Je voudrais que le niveau de divertissement et la nourriture soient de meilleure qualité. Ce sera bien pour les propriétaires de magasins du coin. J’engagerais de meilleurs groupes de musique et quelques différents chefs pour produire un menu de meilleure qualité. Je voudrais qu’on ait une soirée de steak deux fois par semaine et qu’on puisse aussi servir le déjeuner», souligne-t-il.

M. Parfett précise avoir discuté à trois reprises avec la propriétaire du Pionnier, Diane Marois. Il lui aurait offert 710 000 $ pour le bar.

«Elle a signé les documents pour vendre le bar, mais Gestion Koebra se retirera du contrat s’il n’arrive pas à obtenir de permis de démolition. Si cela se produit, Mme Marois m’a dit qu’elle considérerait mon offre. Je lui ai offert 10 000 $ de plus que Gestion Koebra sans compter qu’avec moi, elle n’aura pas à faire démolir le Pionnier à ses frais», mentionne-t-il.

Afin de réunir les fonds nécessaires à l’achat du Pionnier, M. Parfett a mis en vente son garage situé sur la rue Sainte-Anne. Il espère obtenir environ 800 000 $ de cette transaction.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!