(Phpto: Gracieuseté) Sabrina Locas (au centre) a eu l'opportunité de performer avec une équipe de haut niveau au Rwanda pendant six semaines.

Après avoir obtenu une bourse l’été dernier pour performer comme gardienne de but dans l’équipe de Niagara University, les Purple Eagles, Sabrina Locas continue de se démarquer sur la scène internationale. La joueuse de soccer de 19 ans, qui s’alignait depuis huit ans avec le club Lakeshore, basé à Pointe-Claire, revient d’un camp de six semaines au Rwanda.

La jeune femme originaire de Lachine s’est envolée vers l’Afrique de l’Est pour s’entraîner avec les équipes féminine et masculine de la Ville de Kijani, une expérience qu’elle ne pouvait pas laisser passer.

«Ce sont vraiment des équipes de haut niveau, spécialement celle des garçons. J’ai joué avec eux les trois dernières semaines et j’ai tellement appris, sur le plan technique, mais aussi à avoir plus confiance en moi», indique-t-elle, évoquant au passage son admiration pour l’équipe féminine, qui doit s’entraîner avec peu de moyens.

Malgré la barrière de la langue, Locas a pu développer des liens avec les joueurs rwandais. «Quand on parle de soccer, ce sont les mêmes termes utilisés partout. On arrive à se comprendre. Ce n’était pas si dépaysant», dit celle qui joue au soccer depuis l’âge de quatre ans.

Son talent pour bloquer des tirs a été reconnu par le directeur de l’équipe féminine, qui lui a proposé un poste permanent dès la fin du camp d’entraînement. Locas a toutefois d’autres projets dans sa mire.

«Même si j’ai adoré mon expérience, je ne m’imagine pas habiter là-bas, avoue-t-elle. Je regarde présentement pour m’entraîner avec une équipe professionnelle en Angleterre. J’ai réalisé que j’aime vraiment découvrir ce sport dans d’autres pays, ce sont des belles expériences à vivre».

États-Unis
En attendant les prochaines vacances, la gardienne de but performera toute l’année au sein des Purple Eagles, dans la division 1 de la National Collegiate Athletics Association (NCAA). Cette ligue rassemble les meilleures joueuses de soccer de 18 à 22 ans en Amérique du Nord.

«C’est assez demandant, mais j’adore ça, s’exclame-t-elle. On s’entraîne deux fois par jour un mois avant le début de l’école et ensuite tous les matins, en plus des voyages qu’on fait pour les parties».

Le fait d’être aussi occupée ne la dispense toutefois pas d’obtenir des résultats scolaires exemplaires. «Je dois toujours travailler, que ce soit pour faire du sport ou des devoirs», dit celle qui étudie présentement la criminologie à la Niagara University.

Même s’il s’agissait de sa première saison au sein du club, Locas a réussi à faire ses preuves. «J’ai joué la moitié des parties, alors qu’habituellement, les nouvelles ne jouent pas beaucoup. Mais, c’est sûr que j’aimerais devenir la gardienne numéro 1», lance la jeune athlète.

Locas a connu un parcours ponctué de succès depuis qu’elle pratique à un niveau compétitif. En plus d’accumuler les distinctions au fil des années, notamment comme porte-couleur du Collège Notre-Dame à Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, elle a été nommée athlète féminine de l’année, meilleure gardienne de but, joueuse élite et la plus utile à son équipe.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!