François Lemieux/Cités Nouvelles Une séance extraordinaire du conseil municipal a été tenue, le 26 septembre, afin d'entendre les nombreuses demandes d'appel logées à la municipalité par rapport au dossier de la démolition du Pionnier.

Les procédures d’appel pour empêcher la démolition du Pionnier ont été rejetées, mardi. Les élus municipaux ont toutefois annoncé que Gestion Koebra, qui souhaite remplacer le bar du chemin Bord-du-Lac par des condos, devra désormais respecter le caractère historique et patrimonial du village de Pointe-Claire, s’il veut voir son projet approuvé.

Tout projet futur pour le site du Pionnier devra reconstituer le plus fidèlement possible les deux façades de l’hôtel originel existant au début du XXe siècle, incluant le déclin horizontal et les balcons.

«Les matériaux utilisés devront être de bonne qualité et durable, a annoncé la Ville par voie de communiqué, mercredi dernier, en plus de s’apparenter visuellement à ceux utilisés pour les bâtiments historiques existants dans le village».

La hauteur maximale de tout nouvel immeuble ne pourra excéder la hauteur et le volume du bâtiment actuel. Dans l’éventualité d’un agrandissement, la hauteur maximale d’un tel agrandissement ne pourra excéder deux étages ou les deux tiers de la hauteur totale du bâtiment existant.

Le conseil municipal planche par ailleurs sur un projet de règlement pour suspendre temporairement toute nouvelle construction mixte et résidentielle dans le village de Pointe-Claire afin «d’améliorer les règles».

Six mois
Gestion Koebra dispose désormais de six mois pour présenter une nouvelle mouture de son projet. Si elle se retrouve dans l’impossibilité de le faire, le permis de démolition du Pionnier sera annulé.

Le comité de démolition de Pointe-Claire avait choisi, le 9 août, d’approuver une première fois la démolition du Pionnier, tout en refusant la proposition de le remplacer par un projet de 15 condos, trois maisons de ville et quatre commerces.

Une séance extraordinaire du conseil a été tenue, le 26 septembre, afin de permettre aux 86 demandes d’appel de cette décision d’être entendues.

Au terme de quatre heures de présentations, le conseil avait choisi de reporter sa décision jusqu’au 2 octobre, afin de pouvoir délibérer. Les nouvelles stipulations ont été annoncées peu avant la séance ordinaire du conseil, le 2 octobre, à l’hôtel de Ville.

«Ces décisions ont été prises après avoir entendu et lu les représentations faites par plusieurs centaines de citoyennes et citoyens, tous préoccupés par l’avenir du village et qui souhaitent collectivement en préserver le cachet», indique le maire, John Belvedere.

Par ailleurs, toute transaction éventuelle relative à une propriété municipale devra être réalisée à la juste valeur marchande, confirmée par une troisième évaluation professionnelle.

Collaboration
Le conseil municipal souhaite désormais relancer les démarches de partenariat auprès de la Société pour la sauvegarde du patrimoine de Pointe-Claire, afin de consulter ses dirigeants lorsqu’il est question de tels sujets.

«Nous avons écouté les citoyens et nous allons faire les choses différemment. Nous avons du patrimoine à Pointe-Claire et il est le temps que nous commencions à travailler avec la Société pour la sauvegarde du patrimoine, qui a un nouveau président», soutient le maire John Belvedere.

Au cours des prochains mois, il est prévu que différents processus seront mis en place pour revoir les règlements en vigueur dans le village et consulter les résidents.

Le président de Gestion Koebra, Gregory Koegl, a refusé notre demande d’entrevue.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!