Les députés de l’Ouest-de-l’Île ont été nommés au cabinet fantôme libéral, le 22 octobre. L’ex-ministre des Finances, Carlos Leitão, sera en terrain connu comme critique dans ce domaine. Greg Kelley et Monsef Derraji seront respectivement responsables des relations avec les Québécois d’expression anglaise et des PME et de l’innovation.

Chacun des 29 membres du caucus libéral ont reçu une affectation. En plus d’être responsable de questionner le gouvernement à l’Assemblée nationale, un critique dans un cabinet fantôme joue également un rôle actif lors des commissions parlementaires.

Le rôle de l’opposition y est de s’interroger les orientations du gouvernement et de suggérer des amendements aux projets de loi étudiés.

De son côté, M. Leitão se dit satisfait de pouvoir «poursuivre son travail» dans le domaine des finances à l’Assemblée nationale.

«On avait laissé la maison en ordre. Je vais m’assurer que ça continue. Je vais les surveiller de près. Ça va être un peu plus difficile pour eux de faire passer les choses parce que je suis bien au courant des rouages du ministère», assure-t-il.

M. Leitão indique qu’il y aura pour lui une période d’ajustement quant à ses nouvelles fonctions.

«C’est surtout dans l’approche qu’il me faudra trouver l’angle juste pour critiquer. Ce n’est pas dans mon caractère de critiquer juste pour faire du bruit. Je vais m’en tenir aux questions fondamentales», souligne-t-il.

M. Leitão précise qu’il sera particulièrement à l’affût des politiques budgétaires du nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ).

«Ils ont fait beaucoup de promesses, dont plusieurs qui ne se trouvaient pas dans les cadres financiers. Je vais les talonner pour voir comment ils vont financer ces choses», soutient-il.

Il promet d’ailleurs de surveiller le gouvernement par rapport à sa promesse d’uniformiser le taux de taxation scolaire, une mesure qui devrait entraîner des réductions de taxe scolaire presque partout au Québec.

«S’ils le font, il faudra voir où ils vont aller chercher l’argent. De notre côté, on pense que cet argent serait beaucoup plus utile dans le système d’éducation», fait-il valoir.

Monsef Derraji
Avant d’être élu pour un premier mandat dans Nelligan, Monsef Derraji a été président du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec pendant trois ans, ce qui devrait selon lui l’aider à assumer ses fonctions de critique en matière de petites et moyennes entreprises (PME) et innovation.

«Je vais toujours être à la défense des entrepreneurs, pour ramener de la plus-value et surveiller les actions du gouvernement. J’ai eu l’occasion de parcourir le Québec. Je connais les priorités des PME au niveau réglementaire et les défis de la main-d’œuvre», soutient-il.

M. Derraji affirme qu’il y a aura au moins 110 000 postes vacants pour la prochaine année au Québec et presque un million pour les 10 prochaines années.

«Il faut donc innover et absolument garder le cap par rapport à ce défi qui est très présent et se pose aussi dans notre comté», souligne-t-il.

Pour ce qui est de l’innovation, le député veut s’assurer que le gouvernement appuiera des initiatives pour permettre au Québec de tirer son épingle du jeu, notamment, dans le secteur de l’intelligence artificielle.

Greg Kelley
Ayant travaillé comme liaison officielle de la communauté d’expression anglaise au cabinet du premier ministre et comme directeur de cabinet adjoint pour la ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise, le nouveau député de Jacques-Cartier, Greg Kelley, se sent à l’aise avec sa nouvelle nomination.

«J’avais déjà commencé de bâtir des liens entre le dernier gouvernement et la communauté. Je connais le réseau et les différents groupes communautaires partout au Québec. Je comprends les enjeux», soutient-il.

En août, Québec avait annoncé la composition du nouveau comité provincial pour la prestation des services de santé et des services sociaux en langue anglaise. Ce comité doit produire une étude qui établira où se situent les besoins, un dossier que M. Kelley suivra de près.

Le nouveau député dit aussi vouloir se battre contre l’intention de la CAQ d’abolir les commissions scolaires.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!