TC Media - Rob Amyot Le terrain était désert lors du passage du Cités Nouvelles au parc Cloverdale, signe que les jeunes ne peuvent plus utiliser ce terrain sportif depuis son démantèlement en novembre dernier.
Les terrains sportifs peuvent contribuer à éloigner les jeunes de certains quartiers de mauvaises fréquentations. Des intervenants communautaires s’entendent pour dire que le terrain de basketball du parc Cloverdale à Pierrefonds joue ce rôle. Pourtant, les autorités ont dû retirer les paniers en novembre dernier en raison d’une directive d’Hydro-Québec.

Situé dans l’emprise d’une ligne à haute-tension, la hauteur des poteaux soutenant les paniers de basketball du terrain n’était pas compatible avec le réseau électrique. Selon Hydro-Québec, il n’est pas nécessaire qu’une structure élevée touche la ligne pour causer une panne ou créer un arc électrique. Le respect d’une zone de dégagement pour assurer la sécurité du public et pour permettre aux travailleurs d’avoir un espace pour intervenir s’ils le doivent fait en sorte que la société d’état a demandé à l’arrondissement de Pierrefonds–Roxboro de retirer les poteaux du terrain de basketball.

Des utilisateurs du site appuyés par la Maison des jeunes A-Ma-Baie ont fait circuler une pétition dans leur quartier afin de retrouver l’usage du terrain de basketball. Une centaine de personnes ont signé le document qui devra être déposé au prochain conseil d’arrondissement.

Selon la Maison des jeunes, ce terrain permettait aux jeunes de pratiquer leur sport favori, de se rassembler dans un contexte positif, ce qui les éloignaient des conduites délinquantes.

«Maintenant que l’été est arrivé et que le terrain n’est pas praticable, on a des craintes que les jeunes s’occupent autrement et moins bien, explique l’intervenante Hanan Nasser. Durant la saison estivale un tournoi de basketball s’y tient depuis plus de dix ans et les jeunes se pratiquent à tous les jours. Dans le quartier, en dehors de la Maison des jeunes, c’est le seul endroit où ils peuvent faire une activité qu’ils aiment et se retrouver entre eux.»

Asha Robleh est maman de quatre enfants et occupe un logement de la Coopérative d’habitation du village Cloverdale située juste à côté du terrain de basketball. «C’est difficile d’apprendre du jour au lendemain qu’on nous retire ce terrain qui pourtant est sur ce site depuis 20 ans», souligne la dame engagée dans ce dossier.

Sa fille de 17 ans, Hawa Mohamed s’exprime aussi: «Ce terrain a tellement d’histoire. C’est comme si on nous a enlevé une partie de nous. On y joue tout le temps. On y tient même des barbecues et certains jeunes ont déjà été recrutés par des équipes collégiales de basket.»

Ce dossier suit son cours depuis au moins six ans, alors qu’Hydro-Québec a signalé pour la première fois le problème. «On travaille en collaboration avec Pierrefonds -Roxboro pour trouver une solution pour relocaliser le terrain», mentionne Jean-Philippe Rousseau, porte-parole d’Hydro-Québec.

Solution temporaire bientôt

Le plan de l’arrondissement est d’installer une structure provisoire dans la semaine du 30 juin. Il s’agirait de deux demi-terrains de basketball aménagés au sud de l’actuelle installation sur la propriété de la Coopérative d’habitation Cloverdale.

«Définitivement que l’arrondissement veut remettre des paniers de basket pour la pratique de ce sport si populaire dans le quartier», souligne Johanne Palladini, chef de division des communications.

Entre-temps, des documents légaux doivent être préparés pour relocaliser les terrains en permanence. Les échanges entre notaires, Ville et Coopérative de Cloverdale sont en cours pour officialiser le tout. Le nouveau terrain sera à peu près sur le site actuel mais retiré de sous les fils électriques à la demande d’Hydro.

Représenté par sa directrice Hélène Ciaibu-Kalonga, la Coopérative d’habitation est pleinement en accord avec ce projet. «Il est hors de question qu’on enlève complètement ce terrain, car c’est le seul parc où les jeunes peuvent pratiquer une activité dans le quartier.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!