Rob Amyot Le président du comité de développement durable et conseiller municipal à Sainte-Anne-de-Bellevue, Ryan Young, lors du lancement du Plan de développement durable de la Ville, vendredi dernier.

«Vers un avenir durable». C’est le nom du tout premier Plan de développement durable de la Ville de Saint-Anne-de-Bellevue, dévoilé vendredi dernier au centre Harpell.

Le document d’une cinquantaine de pages aborde les grandes thématiques environnementales, sociales et économiques et se veut un outil pour orienter non seulement la Ville, mais aussi les citoyens, les entreprises ainsi que toute autre organisation en matière de développement durable entre 2012 et 2020.

Lors du lancement, le président du comité de développement durable et conseiller municipal à Sainte-Anne-de-Bellevue, Ryan Young, a parlé d’un moment important pour le futur de la municipalité. «Je trouve que c’est un travail très bien fait. À ce jour, la Ville n’avait pas de plan global et stratégique pour l’environnement et le développement durable. Nous avons passé énormément de temps sur le projet, discuté avec les citoyens, des spécialistes, nos employés, bref, nous avons mobilisé beaucoup de ressources», a déclaré M. Young.

Selon lui, le développement durable va au-delà des questions environnementales et concerne aussi les échanges sociaux et la vitalité économique. Le Plan a été rédigé en fonction de la réalité annabellevoise et propose plusieurs stratégies concrètes rassemblées sous dix grands thèmes pour atteindre les objectifs fixés. Par exemple, le plan propose de créer davantage de jardins communautaires pour soutenir l’agriculture urbaine et donc favoriser une production locale de qualité et à faible coût. Si certains passages semblent relever de l’utopie, une courte phrase du document rappelle qu’il est ici question d’un long parcours qui demandera beaucoup d’ambition et de courage.

«Le Plan n’est pas juste pour la municipalité, c’est pour tout le monde. Alors tous sont invités à compléter des actions proposées. À la Ville, nous allons repasser sur le Plan, point par point, pour voir sur quels objectifs nous pourrions nous engager. C’est un travail d’équipe qui nécessite l’implication de tous les partenaires. Nous allons commencer par les actions rapides et ensuite passer à des objectifs à long terme», explique M. Young. 

La Ville se donne jusqu’en 2030 pour mesurer le succès des différentes actions posées d’ici 2020. C’est donc un long projet étalé sur 28 ans qui vient de débuter à Sainte-Anne-de-Bellevue.

Le projet, soutenu par le Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités, aura au final coûté près de 100 000$. L’appui du gouvernement canadien a permis à la Ville d’être accompagnée par The Natural Step, une organisation internationale qui propose un cadre de travail scientifique et reconnu pour l’élaboration d’un Plan de développement durable. Sainte-Anne-de-Bellevue est l’unique ville montréalaise à avoir bénéficié d’un tel soutien.

Seules 150 copies physiques du Plan ont été imprimées en chacune des langues. Des documents seront distribués pour consultation dans les libraires et dans des lieux publics comme l’Hôtel de Ville.

La version numérique est disponible en français et en anglais au http://www.sadb.qc.ca.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!