Le weekend dernier, ils étaient sur scène en France. Le vendredi soir à Toulouse et le samedi à Marseille. Tout juste revenus de ce côté de l’océan Atlantique, les gars ont choisi de ne pas faire attendre plus longtemps leur public. Si bien qu’on peut les voir ici-même à Sainte-Geneviève dès ce soir! The Lost Fingers et leur spectacle Gypsy Kameleon, présenté pour la première fois depuis le retour à la maison.  

Leurs deux albums précédents se sont écoulés à plus de 400 000 copies. Forts du succès de Lost in the 80s – le disque certifié platine qui les a révélé en 2008 – suivi un an plus tard par leur Rendez-vous rose  réussi, les compères se sentaient mûrs pour entamer un nouveau chapitre du récit. Une épopée qui a débuté avec la sortie de leur troisième opus Gypsy Kameleon, lancé en novembre de l’an dernier. Sur la route depuis, Alex Morissette, Christian Roberge et Byron Mikaloff en ont profité pour découvrir le monde et faire connaître leur musique à l’étranger.

«On arrive présentement d’une tournée de 46 jours, qui nous a mené à travers toute la France, en Espagne et en Turquie aussi. D’ailleurs, le show qu’on a donné à Istanbul au mois d’octobre était sold out», souligne en commençant Byron Mikaloff. «Il y a tout un autre marché qui s’ouvre pour The Lost Fingers en ce moment. C’est fascinant! On a la possibilité d’aller vers des territoires importants et il y a plusieurs projets à venir sur la table, dont la Suède en 2012. Notre musique est un produit québécois auquel on peut maintenant mettre l’étiquette ‘internationale’», annonce le guitariste en riant.

Hits vintage revisités

Avec des reprises de pièces connues tirées des années 80, la formule est définitivement gage de réussite, tous pays confondus. Des indémodables de la décennie, tels que Sunglasses at night de Corey Hart, Like a prayer de Madonna, Never gonna give you up de Rick Astley et The Safety Dance de Men Without Hats. Inventive, l’approche The Lost Fingers se démarque par sa signature originale et son impeccable maîtrise technique musicale. En véritables caméléons, ils s’imprègnent des styles, des rythmes et des couleurs propres aux chansons.

«On présente les pièces du dernier album dans le spectacle, mais aussi un mélange des reprises qui se retrouvent sur Lost in the 80s  et Rendez-vous rose. Ça dépend beaucoup de l’endroit où on joue. Le répertoire est différent pour la France, les États-Unis et le Québec par exemple, car ce ne sont pas les mêmes succès qui fonctionnent d’un pays à l’autre», remarque Byron. Après plusieurs mois de tournée à jongler avec un horaire de globe-trotter, le musicien confie en terminant avoir hâte de retrouver le public québécois, leurs fans des premiers instants. «C’est bien de revenir. C’est ici que tout a commencé pour nous et les gens ont une bonne cote d’amour pour The Lost Fingers, ça se sent!»            

La formation The Lost Fingers est en spectacle à la sale Pauline-Julien ce vendredi 18 novembre, à 20h. Informations: 514 626-1616 et www.pauline-julien.com

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus