Les habitants et commerçants du village de Pointe-Claire ont eu une mauvaise surprise, samedi matin, quand ils ont constaté l’apparition de nombreux graffitis sur les bâtiments du secteur.

Les tags, similaires d’un endroit à l’autre, ressemblent à des signatures et sont visiblement l’œuvre d’un même groupe de personnes.

Cités Nouvelles a relevé près d’une vingtaine de tags sur une dizaine de bâtisses du chemin Lakeshore entre les avenues Cartier et du Golf.

Selon l’agente sociocommunautaire du poste de quartier 5, Hélène Jubinville, une enquête policière est en cours. «Autant de graffitis en une seule nuit, cela fait vraiment longtemps que ce n’est pas arrivé dans le secteur», a-t-elle avoué au journal.

Même son de cloche du côté du maire de Pointe-Claire, Bill McMurchie, qui se dit attristé par les évènements. «C’est la première fois qu’un coin de notre ville est attaqué de cette façon par des vandales», dit-il. «Nous sommes actuellement en discussion avec le service de police pour voir ce que nous pourrions faire pour stopper ce genre d’activité», a-t-il ajouté.

Un tag sur la murale historique

Parmi les bâtiments ciblés par les graffiteurs, on retrouve le restaurant Piazza Romana, la pharmacie, ainsi que l’ancienne épicerie du Village. La nouvelle murale située sur le côté ouest de l’épicerie a aussi été touchée. L’œuvre créée l’an dernier qui représente des scènes historiques de Pointe-Claire est maintenant recouverte d’un gros «VO» argenté.

Pour le propriétaire de l’endroit et instigateur du projet de murale, Roger Simard, il s’agit d’un acte volontaire. «Ils ont fait ça par méchanceté, ce n’est pas innocent».

La programmation des Journées de la culture, qui commencent aujourd’hui partout au Québec, prévoit d’ailleurs une activité demain pour expliquer les 300 ans d’histoire représentés par l’œuvre.

«C’est vraiment dommage et fâchant. Il se passe quelque chose de très malsain dans le Village depuis quelque temps», explique M. Simard, qui compte revenir sur le sujet publiquement dans les prochaines semaines.

Le président de la Société de sauvegarde du patrimoine du village de Pointe-Claire, Claude Arsenault, parle d’un évènement décourageant pour tous les habitants du secteur. «Ce n’est pas seulement une attaque envers la propriété de chacun des propriétaires concernés par les tags. C’est tout le Village et ses habitants qui subissent une agression».

M. Arsenault a aussi souligné le fait que les tagueurs respectent habituellement les œuvres des autres artistes. Il s’étonne que les vandales aient apposé leur signature sur la murale, contrevenant ainsi à une règle non écrite dans le milieu du tag.

Le résident du Village déplore l’inefficacité de la Ville dans le dossier. Au moment de mettre sous presse, les tags étaient tous encore présents sur les murs après six jours. «On doit retirer les graffitis dans les 24 heures pour décourager les tagueurs. Si les dessins disparaissent vite, les vandales ne prendront plus le risque de recommencer», affirme M. Arsenault.

Des dessins qui coûtent cher

Le maire de Pointe-Claire assure que la Ville effacera les tags le plus rapidement possible. Il a indiqué au journal Cités Nouvelles que les tags étaient utiles à l’enquête policière et que la Ville devait contacter les propriétaires touchés par les graffitis avant de procéder au nettoyage.

Le conseil municipal a octroyé un contrat de 70 000$ à la firme Solution Graffiti en 2012 pour assurer l’effacement des dessins sur une période de 11 mois.

«Nous avons comme politique de partager les coûts avec les propriétaires, mais dans les cas où il y a des graffitis à répétition et dans des endroits très visibles, le total est payé par Pointe-Claire», précise le maire. 

Pour l’instant, impossible de savoir à quel moment les dessins seront retirés.

Du côté du PDQ 5, on suggère de bien éclairer son commerce la nuit pour décourager les tagueurs. Les citoyens sont aussi invités à contacter la police s’ils remarquent des individus louches dans les alentours.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!