Exclusif

Après six mois d’attente, le juge de la Cour supérieure Roger Baker a rendu, le 24 avril, son verdict concernant le procès du maire de Pointe-Claire Bill McMurchie. Celui-ci poursuivait deux médias montréalais pour atteinte à sa réputation. Au final, le maire a perdu sa cause et devra payer les frais judiciaires à La Presse et The Gazette, soit environ 3000$ par journal.

Rappelons que l’histoire a débuté le 15 juillet 2008 alors qu’un article écrit par le journaliste Éric Clément, de La Presse, comparait les frais de représentation des élus municipaux des villes défusionnées de l’île de Montréal. Sous le titre «Un maire chiche, un autre prodigue», on y apprend qu’en 2007, le maire de Côte-Saint-Luc avait seulement dépensé 262,60$ tandis qu’à l’opposé, Bill McMurchie avait dépensé 23 609,35$.

Durant cette même journée, la station de radio CJAD a repris la nouvelle tout comme la station de télévision CFCF (CTV). Le tourbillon médiatique a pris de l’ampleur à une telle vitesse que le maire s’est dit «dévasté» en cour. Deux jours plus tard, le 17 juillet, le journal West Island Gazette, a aussi publié un article sur le sujet.   

Après avoir envoyé des mises en demeure aux quatre médias leur demandant de se rétracter, la Ville de Pointe-Claire a pu s’entendre avec deux d’entre eux. En effet, le 14 août, la station de télévision CTV a présenté ses excuses au maire lors des bulletins de nouvelles de midi et de 18h.

En octobre 2009, une entente intervient entre le maire de Pointe-Claire et la station de radio CJAD pour un montant de 19 000$. De plus, CJAD s’est rétracté cinq fois en ondes le 14 octobre 2009. 

Lors des trois jours de procès qui ont eu lieu fin octobre, La Presse et The Gazette était poursuivi pour un montant total de 210 000$. Dans un jugement de neuf pages, le juge en est finalement venu à la conclusion qu’étant donné que le plaignant n’a pas subi de dommages moraux résultant des articles écrits dans La Presse et The Gazette, la demande devait être rejetée.

Réactions au jugement

«Je suis satisfait du jugement. Cela démontre que quand on fait une enquête journalistique de bonne foi, méthodique, sérieuse, la partie adverse ne peut pas tenir le journaliste responsable des conclusions de son enquête», a expliqué le journaliste de La Presse, Éric Clément. Même son de cloche du côté de The Gazette. «Le journal est satisfait que le juge lui ait donné raison. Nous avons toujours prétendu que l’article (de la Gazette) n’était pas diffamatoire», soutient l’avocat du journal anglophone, Mark Bantey.

À l’opposé, l’avocat de M. McMurchie, Yvon Denault, n’a pas caché sa déception. «Je suis déçu. Je me questionne, car si on accepte le raisonnement du juge, ça va être nouveau. J’en ai vu des causes sur la diffamation et jamais on ne voit que le juge exige qu’on fasse venir des centaines de citoyens pour venir dire qu’ils ont lu l’article et ont eu une mauvaise impression», souligne-t-il. M. Denault note que pendant le procès, le juge lui a donné l’impression qu’il était d’accord que les titres allaient trop loin.   

Présent le 25 avril à l’ouverture d’une nouvelle épicerie dans le village de Pointe-Claire, le maire s’est fait avare de commentaire. «J’ai aucun commentaire à faire avant d’avoir fait une analyse du jugement», a répondu M. McMurchie au journal Cités Nouvelles.

À noter que les frais d’avocat du maire sont partiellement remboursés par les contribuables de Pointe-Claire grâce à un règlement municipal. 

Le maire de Pointe-Claire a 27 jours pour faire appel au jugement. «Il est trop tôt pour annoncer cela. On va digérer le tout. Je veux quand même revoir quelques jugements sur la question», conclut l’avocat Yvon Denault.

 

Lire aussi, le récit du procès :

http://www.citesnouvelles.com/Actualites/Vos-nouvelles/2011-10-28/article-2790888/McMurchie-au-tribunal/1

Quand McMurchie défend sa réputation :

http://www.citesnouvelles.com/Actualites/Politique/2009-08-31/article-796383/Quand-McMurchie-defend-sa-reputation/1

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!