Rob Amyot L'artiste Christine Ouimet, ici entourée de quelques-unes de ses oeuvres, se consacre à l'écriture, la poésie et la peinture.

Exploratrice dans l’âme et curieuse de nature, il y a longtemps que Christine Ouimet a découvert les voyages et attrapé la piqûre. Entre le Costa Rica, où elle a vécu pendant 20 ans, ses périples en Amérique du Sud et son Pierrefonds d’adoption, l’artiste peintre, artisane et écrivaine partage ses souvenirs et sa vision du monde à travers ses créations. Elle qui a trouvé dans l’art une force, un mode d’expression et une grande source d’inspiration.        

Dessinées au fusain, au crayon ou peintes à l’acrylique, ses toiles se révèlent variées, colorées et uniques. Quant aux matériaux utilisés pour les réaliser, ils sont tous aussi originaux que spéciaux; du sable, de l’argile, des pierres semi-précieuses et même des cheveux! Tantôt abstraits et contemporains, tantôt impressionnistes ou plus surréalistes, ses tableaux font appel à l’imaginaire et au fantaisiste. Des œuvres qui portent non seulement la signature de Christine Ouimet, mais racontent son histoire au fil des années. Un parcours éclectique marqué par une série d’épreuves difficiles, mais aussi ponctué d’une foule de petits miracles fantastiques.   

Coup de foudre exotique

«J’ai commencé à l’adolescence, autour de 14 ans, alors que je fabriquais mes propres bijoux. Des colliers, des bracelets et des boucles d’oreilles, réalisés la plupart du temps avec des éléments trouvés ici et là dans la nature», explique Christine Ouimet. «Je suis une personne curieuse et j’ai toujours eu énormément d’imagination et de créativité. J’ai aussi un côté aventurière très développé, qui me pousse à partir à la découverte et à explorer le monde. Très tôt, j’ai commencé à voyager et je suis tombée amoureuse du sud dès ma première visite au Mexique. J’aime les paysages exotiques, le soleil, la plage et la vie dans ces pays qui est très différente d’ici. À l’âge de 23 ans, je me suis installée au Costa Rica, sur une île tropicale située aux abords de la rivière Naranjo. J’ai construit une maison et j’y suis restée pendant 20 ans», raconte celle qui est aujourd’hui âgée de 57 ans.  

«Au cours de mes dix premières années là-bas, j’ai survécu en grande partie grâce aux bijoux que je fabriquais. Avec des coquillages, des noyaux d’avocats, des vertèbres de poissons et des pierres semi-précieuses, entre autres. J’étais une artisane et je vendais mes bijoux aux touristes sur la plage. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai réalisé que je pouvais vivre grâce à mes créations», souligne Mme Ouimet. «Plus tard, je me suis mise plus sérieusement au dessin et à la peinture. Ce que je voulais, c’était explorer l’art sous toutes ses formes et toutes ses couleurs. J’ai réalisé de nombreuses toiles pendant mes années au Costa Rica. Des œuvres que j’ai eu le malheur de perdre lors de l’ouragan César, qui a frappé l’Amérique centrale et du Sud en 1996. De même que ma maison, une partie de l’île et tout mon matériel. C’est une épreuve qui m’a fait très mal», confie-t-elle avec émotion.

Il était une fois… au Costa Rica

«J’ai tout perdu. Tout est tombé avec l’ouragan et lors des deux autres tempêtes tropicales qui ont suivi. Mon monde était dévasté et j’ai dû tout recommencer à zéro. La vie n’a pas été facile à ce moment-là et je peux dire que je me suis accrochée à l’art, qui a été pour moi une sorte d’échappatoire. J’ai consacré beaucoup de temps à la peinture et à l’écriture aussi. J’ai d’ailleurs publié mon premier recueil de poésie <@Ri>Il était une fois… au Costa Rica<@$p> en 2011 et j’ai un projet de livre à venir également. J’ai tellement d’histoires vraies à raconter! Le journal d’une femme passionnée qui a vécu une vie passionnante», sourit-elle. «Aujourd’hui, j’habite à Pierrefonds, mais mon cœur est toujours au Costa Rica. Un ami m’a fait don d’un petit terrain là-bas où je pourrais me construire et je souhaite retourner y vivre. Je suis donc à la recherche d’un collectionneur qui souhaiterait acheter mes œuvres, afin de me permettre de réaliser mon rêve de retraite. Plusieurs de mes toiles sont présentement exposées au restaurant Chez le Portugais, situé au 4134, boul. Saint-Laurent à Montréal», annonce l’artiste peintre en conclusion. Un récit à suivre…

Pour plus d’information sur les œuvres de Christine Ouimet ou pour la contacter: http://www.christineouimet.blogspot.com ou christineouimet@gmail.com.  

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus