TC Media / Keith McAuliffe La Maison Caracol dirigée par Claire Legault (à gauche) pourrait offrir ses services de pédiatrie sociale dans un logement au sein de la coopérative d'habitation Village Cloverdale.

Détenant un permis depuis près d’un an, un organisme de pédiatrie sociale de Pierrefonds-Est est incapable d’offrir ses services parce qu’il n’arrive pas à trouver un médecin. L’organisme est lié à la Fondation du Dr Julien.

«Aussitôt qu’on aura trouvé notre perle rare, on pourra démarrer le centre», raconte Claire Legault, instigatrice du projet Maison Caracol Centre de pédiatrie sociale en communauté (CPSC), en entrevue dans les locaux de TC Media.

Mais en attendant, rien ne bouge pour ce centre dont la mission inspirée par l’approche du Dr Gilles Julien est de contrer les effets négatifs de la pauvreté sur le développement des enfants.

Neuf mois de recherches
Claire Legault occupe le poste de directrice depuis la création de l’organisme en mai 2014. Convaincue de l’apport positif d’un centre de pédiatrie sociale dans le quartier Cloverdale-À-Ma-Baie, où on trouve une poche de pauvreté, elle ne perd pas espoir de trouver un médecin.

En juin dernier, elle a d’abord approché le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de l’Ouest-de-l’Île pour faire une demande de prêt de service pour un médecin, mais l’organisation n’a pas pu répondre positivement pour le moment.

Contacté par TC Media, la porte-parole du CSSS a répondu que l’organisation voit d’un bon œil le type d’activités que le Dr Julien développe dans les communautés et souhaite accompagner Mme Legault.

Vu l’insuccès de cette démarche, la directrice s’est tournée vers les cliniques médicales qu’elle a contactées directement une à une, mais n’a toujours pas obtenu la réponse attendue. Elle regarde aussi du côté de ses contacts personnels pour trouver un médecin en préretraite ou à la retraite qui serait intéressé à être présent au centre à raison d’une journée par semaine. Le médecin qui sera en poste sera payé par le Régie de l’assurance maladie du Québec.

«C’est certain que le médecin de la Maison Caracol ne verra pas 20 patients dans sa journée de travail comme en clinique. On parle plutôt de 4 à 5 enfants pour l’examen physique et psychosocial avec le travailleur social. C’est peut-être moins attrayant monétairement parlant, mais ça prend quelqu’un qui a la vocation», explique Mme Legault.

TC Media a également contacté le bureau du ministre de la Santé afin de le faire réagir sur cette difficulté à trouver un médecin. La porte-parole a été incapable de donner des commentaires sur le cas précis. Toutefois, elle a affirmé ne pas avoir de données sur le sujet et ne pas savoir si cette longue attente est anormale ou non.

«On essaye de favoriser les admissions en médecine et de favoriser les candidats nouveaux-arrivants parce qu’on sait qu’il en manque», indique Stéphanie Ménard, responsable des relations de presse.
Le médecin recherché par la Maison Caracol devra être présent au centre à raison d’une journée par semaine. Celui-ci fera équipe avec un travailleur social afin d’accueillir les enfants et réaliser un examen physique et psychosocial.

Le Dr Julien n’était pas disponible pour répondre aux questions de TC Media.

Clientèle vulnérable
La clientèle visée par la Maison Caracol représente près de 1500 familles défavorisées dont les enfants fréquentent les CPE du quartier Cloverdale-À-Ma-Baie et les écoles primaires Perce-Neige et Harfang-des-Neiges. La majorité de celles-ci (57%) sont issues de l’immigration. Il s’agit d’un secteur que Mme Legault connaît bien pour y avoir enseigné pendant près de 20 ans. Selon elle, les familles visées doivent arriver à développer ici des habitudes qu’elles n’avaient pas dans leur pays et qui pourtant aideraient au cheminement de leur enfant.

Au cours de ses nombreuses années d’enseignement, Mme Legault a connu un élève qui avait besoin de lunettes et a fini par en avoir seulement au bout de deux ans. «Ses parents s’occupaient à combler les besoins fondamentaux. L’examen des yeux de leur enfant n’était une priorité.»

Lorsque la Maison Caracol aura son médecin, cet organisme sera le cinquième centre de pédiatrie sociale en communauté actif à Montréal.

On peut participer à la campagne de financement de la Maison Caracol CPSC de Pierrefonds-Est en visitant le http://lc.cx/avp

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!