TC Media / Archives Les dommages du cambriolage dans les locaux du Fonds d’aide de l’Ouest-de-l’Île sont identiques à ceux commis en décembre dernier. Suzanne Tremblay et Claudine Campeau sont découragées de cette situation.

Le Fonds d’aide de l’Ouest-de-l’Île, une banque alimentaire venant en aide aux familles dans le besoin, a été victime d’un troisième cambriolage en six mois; ce qui oblige l’organisme de Roxboro à modifier ses services pour être capable d’absorber encore une fois 2000$ de pertes et de dommages.

Dans la nuit du 5 au 6 mai, les voleurs ont défoncé une porte donnant sur le côté de l’immeuble de la rue du Centre commercial pour accéder à la friperie communautaire, située au rez-de-chaussée. Ils ont ensuite fracassé la vitre de la porte de la friperie pour monter au deuxième étage où on trouve une autre porte, dont la fenêtre a aussi été brisée pour atteindre les bureaux administratifs.  Après leur saccage, les voleurs sont finalement repartis bredouilles.

La directrice générale, Claudine Campeau, croit que les malfaiteurs sont des clients de l’organisme. «Ils savaient exactement par où passer pour accéder à nos bureaux au deuxième étage», indique-t-elle.

Selon Mme Campeau, il s’agit des mêmes personnes qui ont commis le cambriolage de décembre dernier. «Ils ont emprunté le même chemin pour se rendre à nos bureaux, mais cette fois-ci, ils sont repartis les mains vides, car nous ne laissons plus d’argent dans nos locaux depuis le dernier vol.»

«Je ne comprends pas pourquoi ils s’acharnent à revenir ici, ajoute Mme Campeau. Notre mission est d’aider les gens, mais certains de nos clients décident de nous voler.»

L’organisme n’a pas de caméra de surveillance sur les lieux ni de système d’alarme relié à une centrale d’appels. Aucun suspect n’a pu être identifié par la police jusqu’à maintenant.

«Depuis le début de l’année, les seules introductions par effraction répertoriées dans le secteur sont celles au Fonds d’aide», souligne l’agent sociocommunautaire du PDQ-3, Daniel Maheu. Il est difficile de faire progresser l’enquête sans indice».

Un budget amputé de 5000$
Avec cette troisième introduction par effraction en six mois, c’est 5000$ que l’organisme doit aller chercher dans son budget pour payer les dommages et les pertes. La directrice veut réunir sous peu son conseil d’administration pour discuter de changements à l’interne.

«Est-ce qu’on doit investir dans une caméra de surveillance et un système d’alarme plus performant, questionne-t-elle. En bout de ligne, c’est notre clientèle qui sera pénalisée, car on va devoir couper dans certains services.»

Le Fonds d’aide de l’Ouest-de-l’Île aide un peu plus de 800 familles par mois. Moyennant des frais de 4$, les clients ont droit à deux épiceries chaque mois. L’organisme qui célébrera son 50e anniversaire en 2016 distribue aussi des fournitures scolaires aux familles dans le besoin et offre des vêtements et des meubles à bas prix.

Les personnes intéressées à faire un don peuvent visiter le site internet de l’organisme au fdoi.org ou composer le 514 683-0456.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!