François Lemieux/TC Media David Fletcher de la Coalition verte, un groupe environnementaliste montréalais, est venu s'opposer au projet de PPU de la ville de Sainte-Anne-de-Bellevue lors de la séance du conseil du 18 janvier.

Sierra Club, Sauvons l’Anse à l’Orme et la Coalition verte ont manifesté lundi soir leur opposition au programme particulier d’urbanisme (PPU) de Sainte-Anne-de-Bellevue, qui prévoit le développement urbain de plus de 53 hectares dans le secteur nord de la ville, lors de la séance du conseil municipal.

«Avez-vous avancé dans l’approbation de contrats pour le PPU, a demandé Donald Hobus du Sierra Club. Entre votre développement et ce qui est proposé à Pierrefonds-Ouest et maintenant aussi à Kirkland, on parle d’environ 2500 voitures additionnelles sur l’autoroute. Ça va complètement dans le sens contraire de la conférence de Paris».

La mairesse Paola Hawa lui a répondu que la population sera consultée au début de l’été.
«On révisera le premier plan autant de fois que c’est nécessaire pour être dans une position d’adopter un PPU en octobre», indique-t-elle.

Le plan de développement présenté en mai prévoit l’arrivée de 350 à 400 nouvelles maisons dans le secteur nord d’ici 2030, ce qui correspond à l’urbanisation de 57,5 % des 93 hectares de terrain disponibles du secteur nord.

Sue Stacho, membre de Sauvons l’Anse à l’Orme, a plaidé en faveur de la conservation totale du territoire. «Vous possédez quelques-uns des plus belles terres dans le corridor de l’Anse à l’Orme. Notre groupe travaille pour protéger 100 % de ce territoire. Comment pouvez-vous nous aider à garder ce corridor intact ?», a-t-elle demandé en insistant pour que la ville n’adopte pas son PPU.

Selon Mme Hawa, il n’est pas possible de conserver 100 % du corridor de l’Anse à l’Orme. «Je comprends l’importance en termes de changements climatiques et les îlots de chaleur. Mais il faut aussi être réaliste au sujet des gens qui possèdent ces terres. On ne peut légalement les priver de leur droit de les développer, a indiqué Mme Hawa. Le PPU de mai dernier propose une balance équitable entre le développement et la conservation».

Plus du tiers du territoire convoité sera protégé. Quelque 40 hectares sont jugés non propices au développement ou classés à haute incidence écologique pour l’écoterritoire Rivière à l’Orme, bordé par Kirkland à l’Est et Angell Woods à Beaconsfield au Sud.

Les taxes de la municipalité de l’Ouest-de-l’Île pourraient augmenter de 50 % avec ce l’urbanisation d’une partie du secteur nord.

David Fletcher de la Coalition verte pense cependant que les profits réalisés seraient de courte durée. «Peu importe ce qu’on obtiendra comme revenus de taxes, les bénéfices seront seulement réalisés lors des 10 à 25 premières années. Après quoi, la détérioration des infrastructures commencera. En plus des coûts de réparation des infrastructures, nos descendants hériteront aussi d’un environnement dégradé», croit-il.

Sainte-Anne-de-Bellevue a jusqu’au 1er octobre afin d’adopter son PPU 2016-2030.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!