François Lemieux/TC Media L'avenue McKenzie à Senneville sera prolongée au nord jusqu'à l'avenue Graham et au sud jusqu'au chemin Senneville.

L’avenue McKenzie à Senneville, qui forme un cul-de-sac à ses deux extrémités, pourrait bientôt être prolongée afin d’être raccordée au reste du réseau routier de la ville, notamment afin de permettre la construction de 17 maisons résidentielles dans la portion nord de l’avenue.

Si les travaux vont de l’avant comme prévu, l’avenue serait prolongée au nord jusqu’à l’avenue Graham et au sud jusqu’au chemin Senneville.

Au nord, le prolongement représente un projet de près de 1,5 M$ qui inclut l’installation des systèmes d’aqueduc et d’égouts. Si le projet se concrétise, ces travaux seront coordonnés avec des travaux d’infrastructures majeurs que la ville devrait entreprendre en 2019 ou 2020 selon la mairesse, Jane Guest.

Quant à la portion sud du projet les coûts de prolongement des services et du pavement seront, selon la Ville, presque en totalité assumés par le développeur, la compagnie à numéro 9283-0173 Québec inc qui possède encore un terrain dans l’axe de la nouvelle portion de l’avenue McKenzie.

Deux extrémités, deux facturations
La facture de près de 1,5 M$ pour le prolongement de la section nord sera entièrement refilée aux propriétaires actuels des 17 lots zonés résidentiels sous la forme d’augmentations de taxes municipales au cours des 25 prochaines années.

«Les propriétaires pourront payer leur contribution d’un seul coup. Tout dépend de l’arrangement qu’ils veulent passer avec nous. Le montant qu’ils auront à payer dépendra de la taille de leur lot», indique-t-elle.

Un registre aura lieu sur le projet le 11 juillet. Si neuf propriétaires de lot ou plus viennent signer le document, le projet n’ira pas de l’avant, la mairesse ayant déjà indiqué que la ville ne chercherait pas à tenir de référendum sur le projet.

À l’autre extrémité, c’est un entrepreneur qui pourrait aboutir avec la facture pouvant atteindre 150 000$ selon le principal intéressé.

«On possédait deux terrains sur l’avenue McKenzie. On en a vendu un à des gens qui se proposent de construire bientôt. Le deuxième est en vente. On est en train de discuter les coûts avec la ville», indique le vice-président de la compagnie québécoise, Yves Papineau.

La ville entend payer des frais d’un maximum de 40 000 $ pour le prolongement de l’avenue dans sa portion sud, ce que déplore M. Papineau. Ce dernier a indiqué à TC Media qu’il ne croit pas que sa compagnie devrait avoir à payer pour le prolongement complet de l’avenue.

«La ville nous dit qu’on devrait faire l’avenue au complet, même le bout dont on n’a pas besoin et ils vont nous donner un maximum de 40 000 $. On a répondu à la ville qu’on était prêts à payer pour nos affaires, mais pas pour ce qui relève de la ville. On parle d’un coût total d’environ 150 000 $. Ce n’est pas un montant qui va mettre la ville en péril», indique-t-il.

M. Papineau et la ville n’ont pu fournir d’échéancier pour ces travaux.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!