Lorsqu’il a commencé à tourner le bois il y a cinq ans dans son garage, le natif de Pierrefonds, Stéphane Tartaglia, avait en tête d’essayer un nouveau hobby et de suivre les traces de son père. Il n’aurait jamais pu imaginer qu’il en arriverait à créer des pièces d’artisanat pour une clientèle grandissante et ce, même à l’international.

«Mon père construisait toujours des choses dans la maison. Moi aussi, j’ai toujours eu le goût de travailler le bois. Quand j’étais jeune, mon père avait un tour [à bois], mais je ne l’ai jamais utilisé même si j’ai toujours eu de l’intérêt pour ça. Ça m’a trotté dans la tête toute ma vie. Finalement, j’en ai acheté un», raconte Tartaglia.

L’entrepreneur en construction de l’Île-Perrot, crée des œuvres de toutes sortes incluant des stylos, cendriers pour cigares, des bols et des boîtes à bijoux. Signe de son succès grandissant, il a même récemment vendu quelques objets en France et aux États-Unis.

«C’est un marché qui grossit tranquillement. Avec les forums et les réseaux sociaux, je commence à avoir plus de personnes dans d’autres pays qui voient mes produits et ils sont intéressés et commencent de plus en plus à commander», indique Tartaglia.

Nouveau tour
Ayant commencé avec des petits projets comme des stylos, Tartaglia a très vite acheté un tour à bois qui lui permettrait de faire des pièces beaucoup plus grosses, comme des bols à salade.

«J’aimerais que ça devienne mon emploi principal. C’est une passion pour moi. Je passe tout mon temps ici dans le garage en train de tourner des choses», affirme-t-il tout en spécifiant qu’il travaille de 25 à 30 heures par semaine sur ses œuvres.

Travaillant principalement le noyer foncé et le frêne, il utilise parfois une torche pour créer des lignes noires sur des pièces en frêne comme des cendriers à cigares. Tartaglia indique d’ailleurs que ces cendriers, avec ou sans support à cigare, sont très populaires en ce moment.

«Le monde des amateurs de cigares m’a ouvert une grande section de la population qui aime acheter de belles choses qui sont plus chères. J’ai créé beaucoup de ces produits dans les derniers six mois, explique-t-il. Souvent, je vais faire des pièces sur mesure. J’ai en ce moment une liste d’à peu près cinq commandes comme ça».

Pour en apprendre plus sur les œuvres de Tartaglia, visitez son site web au http://www.tartagliasturnings.com.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!