Jacques Goldstyn vit vraiment une année chanceuse. L’auteur de 58 ans a écrit deux des cinq titres en lice pour le Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse de cette année.

L’arbragan (Éditions de la Pastèque) et Le prisonnier sans frontières (Éditions Bayard Canada) se retrouvent finalistes.

«J’ai toujours aimé dessiner, mais je n’aurais jamais pensé vivre de mon dessin et de mon écriture. Dans une autre vie, j’ai pratiqué le métier de géologue», observe l’écrivain et illustrateur qui réside à Mont-Royal depuis 22 ans.

Des idées sur papier
«L’histoire de L’arbragan me trottait dans la tête depuis longtemps. Un petit garçon solitaire se lie d’amitié avec un arbre qu’il nomme Bertolt. Il est le seul à pouvoir y grimper et l’arbre devient une sorte de labyrinthe incroyable, un refuge d’où il peut observer le monde sans se faire voir», raconte l’auteur.

Dans Le prisonnier sans frontières, M. Goldstyn a brodé un récit sans paroles autour de la réalité des prisonniers d’opinions. L’histoire, mettant en scène un père militant qui se fait arrêter sans motif, montre que les lettres adressées en encouragement aux prisonniers ont un impact réel sur le sort qui leur est réservé.

«J’ai commencé à dessiner en 1980. Mon coup de crayon s’est raffiné au fil des années. Les idées que j’ai dans la tête, je dois les mettre sur papier. Puis les mots viennent se greffer», raconte celui qui a contribué à la création du magazine jeunesse Les Débrouillards. Il y occupe le poste d’illustrateur principal depuis 35 ans. Son premier roman Le Petit Tabarnak est paru aux Éditions de la Pastèque en 2013.

Le Centre du livre jeunesse canadien et le Groupe Banque TD dévoileront la meilleure œuvre canadienne de langue française lors d’une cérémonie le 1er novembre. L’auteur et illustrateur gagnant recevra un grand prix de 30 000$. Les quatre autres finalistes se partageront une bourse de 10 000$.

Les Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse récompensent les œuvres publiées au pays par des auteurs canadiens. Depuis 2004, 120 livres rédigés dans les deux langues officielles ont été récolté des prix.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus