(Photo: TC Media/Mélanie Alain) Des médecins du CHU Sainte-Justine tentent de recueillir de l'argent pour financer les besoins en recherche cardio-pédiatrique.

Le comité organisateur du Fonds BoBeau Coeur – Fondation CHU Sainte-Justine espère accueillir 400 invités et recueillir 250 000$ cette année lors de son souper gala-bénéfice du 27 octobre.

C’est 27 000$ de plus que lors de sa première édition l’an dernier quand 360 participants avait permis d’amasser un bénéfice net de 223 000$. Du montant obtenu, 70% avait été consacré entièrement à la recherche, permettant le démarrage de 10 nouveaux projets, tels que la surveillance du rythme cardiaque du fœtus à domicile et l’effet à long terme de la maladie de Kawasaki sur le cœur, les artères, et le système nerveux autonome.

La diminution des subventions gouvernementales en recherche dans les dernières années a poussé les cardio-pédiatres de l’hôpital situé à Outremont à trouver d’autres moyens de financer la recherche clinique en cardiologie pédiatrique.

Nagib Dahdah, cardio-pédiatre au CHU Sainte-Justine – Université de Montréal, est l’un des instigateurs de l’événement caritatif. «Au départ, c’était une initiative assez personnelle. Puis on s’est associés à la Fondation CHU Sainte-Justine, ce qui coupe beaucoup de nos coûts de fonctionnement pour que plus d’argent aille directement vers la recherche.»

Le comité organisateur du fonds se compose de cardiologues de cet hôpital, de chercheurs, de professionnels de la santé et de plusieurs collaborateurs et parents bénévoles.

Sources de financement
Étant donné les récentes restrictions budgétaires, les chercheurs dépendent beaucoup de la générosité des entreprises et du public.

«La recherche clinique n’est pas couverte par le ministère de la Santé parce qu’on n’apporte pas de soins directs aux patients. Il faut payer l’équipement, notre personnel et rembourser les frais de déplacement des parents lors des journées de recherche», affirme-t-il.

Cette année, la salle Le Crystal de Ville St-Laurent accueillera les invités pour 250$ par tête et d’autres activités comme un encan silencieux et une tombola aideront à atteindre l’objectif de financement.

Parmi les commanditaires, on retrouve notamment Pharmascience, Laboratoire RIVA, Mamie Clafoutis, Ferreira, Mont Saint-Sauveur et la Fondation Marcelle et Jean Coutu.

La skieuse «free style» Maude Raymond donnera un discours motivationnel et la harpiste M’Michèle s’occupera de l’ambiance musicale durant le cocktail.

Faire avancer les connaissances
«Actuellement, il y a beaucoup de besoins et beaucoup moins de ressources, que ce soit des fonds de recherche gouvernementaux ou venant de l’industrie. Environ 1% des enfants qui naissent ont des problèmes cardiaques. Bon nombre d’entre eux finissent par avoir besoin de soins médicaux», révèle le Dr Dahdah.

Les chercheurs du CHU Sainte-Justine étudient de nombreuses conditions en cardiologie pédiatrique, congénitale et fœtale afin de développer de nouveaux outils et de nouvelles directives diagnostiques, en plus de faire de l’éducation pour les patients et leur famille.

Que ce soit pour tester des approches thérapeutiques, des médicaments ou de l’équipement utilisé dans le traitement d’enfants atteints de conditions cardiaques, le Dr Dahdah assure que leurs études visent à faire avancer les connaissances en cardio-pédiatrie autant sur le plan international que local.

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus