Un nombre record de 1500 coureurs ont affronté les vents froids de l’automne lors de la 7e édition de la course Tour du Mont-Royal Brébeuf (TMRB), le 23 octobre. L’événement, unique à Montréal, offrait pour la première fois à ses participants la chance de réaliser un marathon complet en sentiers.

Les sportifs de tous âges ont découvert ou redécouvert le Mont-Royal en parcourant des distances de 1, 3, 5, 10, 21 et 42 km autour et à travers la montagne, dans un dénivelé estimé à 1000 mètres.

«Il y a eu 200 inscriptions de plus que l’année dernière, nous sommes très contents, se réjouit Patrick Daigle, directeur de la course. La crainte de la météo était présente, mais nous avons eu de la chance finalement. Nos bénévoles ont été incroyables, ils ont passé la journée sous la pluie samedi pour mettre le parcours en place.»

Malgré les sentiers boueux et la température frôlant le zéro degré, les coureurs étaient tout sourire avant leur départ, sautillant sur place pour conserver leur chaleur.

Tout au long du parcours, familles, amis et bénévoles criaient des mots d’encouragement et tapaient des mains afin de donner de l’énergie aux participants. À l’arrivée, un sandwich, des boissons et des massages gratuits étaient offerts dans le gymnase du Collège Brébeuf.

« C’est vraiment spécial de faire un marathon en sentiers en pleine ville, souligne Annie Jean, championne chez les femmes avec un temps de 3h28. C’est impressionnant de constater à quel point les sentiers sont nombreux dans le Mont-Royal. J’ai habité à Montréal pendant quelques mois, et je n’ai jamais autant découvert la montagne qu’aujourd’hui.»

Mme Jean n’en est pas à ses premières expériences. En 2016, elle a participé à rien de moins qu’une d’une dizaine de marathons et ultramarathons, dont les Championnats du monde de course en montagne en Slovénie. «Aujourd’hui, c’est ma fête, et je voulais vraiment faire quelque chose d’amusant et de nouveau. Je ne suis pas déçue!,» raconte-t-elle.

Événement familial

Jean-François Carjoly, qui a déjà participé à quelques marathons en sentiers, a profité de l’occasion pour introduire ses enfants, Martin, 11 ans, et Brune, 8 ans, à la course. «C’est rare qu’il y ait des petites distances, qui permettent aux plus jeunes de participer. L’organisation était vraiment parfaite, il y avait des bénévoles tout au long du parcours et beaucoup de gens pour nous encourager.»

«J’ai beaucoup aimé courir, mais à un moment j’ai dû marcher car il y avait trop de boue», raconte la petite Brune.

Les professionnels et les amateurs ont donc côtoyé des centaines d’enfants lors de cet événement qui se veut avant tout familial et axé sur le plaisir de jouer.

«Notre objectif premier est de soutenir la pratique sportive à l’extérieur, explique M. Daigle. Une vingtaine d’écoles primaires et secondaires se sont inscrites. Nous offrons aussi des places gratuites à la Fondation du Dr. Julien et au programme CIRCUIT de Sainte-Justine, qui vise à réduire l’obésité chez les jeunes.»

Un charriot poussé par des coureurs permettait également à des enfants à mobilité réduite de participer à l’événement. Sur le parcours, de jeunes bénévoles membres de groupes scouts offrraient eau et encouragements aux coureurs.

«Il faut garder en tête que les enfants préfèrent jouer dans la nature que sur l’asphalte. Si on peut en encourager un plus grand nombre à découvrir la montagne et à en faire leur terrain de jeu, on pourra dire mission accomplie,» conclut-il.

Une partie des profits du TMRB seront remis à différents organismes du quartier qui viennent en aide aux jeunes comme les Scouts Notre-Dame-des-Neiges et le camp Quatre-Saisons. Pour chaque inscription, le TMRB remet 10$ directement au centre hospitalier Sainte-Justine, avec lequel il a établi un partenariat cette année.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus