La conclusion de deux chercheurs de l’Université Laval qui disent avoir observé des signaux potentiellement extraterrestres provenant de plus de 200 étoiles est remise en doute par deux experts de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (IREx) de l’Université de Montréal.

La nouvelle a fait grand bruit la semaine dernière dans la communauté scientifique après la publication de la découverte dans la revue scientifique Publications of the Astronomical Society of the Pacific.

Après avoir analysé les signaux provenant de 2,5 millions d’étoiles, le professeur Ermanno Borra du département de physique de l’Université Laval et son étudiant au doctorat, Éric Trottier, ont détecté que 234 étoiles présentaient des oscillations particulières qui ne s’expliqueraient pas par des phénomènes naturels.

chercheurs

Instruments sensibles
«Je suis sceptique», lance d’emblée le professeur Étienne Artigau, chercheur à l’IREx, le laboratoire à la recherche de la vie sur une autre planète de l’Université de Montréal.

M. Artigau (à gauche) et le directeur de l’IREx, René Doyon (à droite), estiment que les signalements détectés ont possiblement été occasionnés par les instruments utilisés dans la recherche.

«Il y a des milliers de problèmes qui peuvent apparaître et qui créent des signaux réguliers. Ce sont souvent des problèmes électriques. Ce sont des instruments qui sont très sensibles», soutient M. Artigau.

Les deux chercheurs de l’Université Laval affirment que les signaux observés ne sont pas reliés à un problème instrumental puisque les signaux sont apparus chez une petite portion des étoiles étudiées.

«Ces instruments ne sont pas parfaits. Il peut avoir du bruit qui est associé aux données. Parfois, il peut avoir une signature périodique qui n’est pas d’origine naturelle, mais qui s’explique très, très bien par des phénomènes électroniques. De dire que c’est d’origine extraterrestre, c’est un peu exagéré», tranche M. Doyon.

Selon les chercheurs de l’Université Laval, les signaux auraient été émis par des lasers. Une hypothèse aussi remise en doute par M. Artigau.

«C’est quand même un peu bizarre que quelque 234 civilisations utilisent la même technique pour nous dire bonjour»,croit-il.

D’autres recherches
Selon M. Artigau, la sortie médiatique des deux chercheurs a été prématurée. Les deux chercheurs auraient dû contacter les ingénieurs qui connaissent bien la machine et pousser plus loin leur recherche pour confirmer leur hypothèse, estime-t-il.

«Ils auraient dû prendre les 10 étoiles avec les plus beaux signalements et les suivre avec le télescope Canada-France-Hawaï auquel ils ont accès», propose-t-il.

En entrevue à La Presse, M. Borra a reconnu qu’il fallait «d’autres observations par d’autres personnes pour valider l’hypothèse».

Selon le quotidien, le projet Breakthrough Listen, un fonds de recherche soutenu par le magnat russe Yuri Milner pour trouver de la vie intelligente extraterrestre, a contacté le professeur de l’Université Laval pour lui annoncer qu’il ferait des vérifications avec un télescope optique sur plusieurs étoiles nommées par les chercheurs québécois.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus