TC Media - Archives Résident d'Outremont, le psychanalyste Guy Corneau aurait eu 66 ans le 13 janvier.

L’auteur et psychanalyste bien connu, Guy Corneau, résident d’Outremont, est décédé le 5 janvier à l’âge de 65 ans à l’Institut de cardiologie de Montréal après un affaiblissement soudain de son cœur.

«On ne l’attendait pas. On devait se voir la semaine prochaine pour célébrer sa fête. Il avait plein de projets en branle», témoigne sa grande amie Danielle Proulx.

La comédienne a été parmi les quelques proches qui ont accompagné l’homme dans ses derniers moments à l’Institut de cardiologie où il a été transporté d’urgence. Il est décédé deux semaines après la perte de sa sœur, la peintre Johanne Corneau (Corno), morte au Mexique à l’âge de 64 ans.

En 1989, Guy Corneau s’est fait connaître avec la publication de son livre Père manquant, fils manqué, devenue best-seller. Il a ensuite publié six autres livres. Son dernier en liste est L’amour en guerre, sorti en 2015.

Auparavant, il a aussi publié Revivre! qui relate son expérience personnelle du cancer en 2007. L’auteur a également été chroniqueur télé et au Journal de Montréal.

Signes d’essoufflement

Initialement, Guy Corneau avait été admis à l’hôpital de Chicoutimi, d’où il était natif, avant d’être transféré à Montréal.

«Son cœur s’est vraiment affaibli. Il ne fonctionnait plus qu’à 15% quand il est arrivé. Ils l’ont branché sur un cœur artificiel pour essayer de comprendre ce qu’il se passait. Tout ce qu’ils pouvaient voir, c’était des cellules vraiment agressives», relate-t-elle.

Selon Danielle Proulx, son ami montrait des petits signes d’essoufflement depuis quelques semaines.

«Il se levait fatigué. Il pensait qu’il avait besoin de repos. La mort de sœur l’avait aussi dévastée. Même si on s’y attendait, il pensait pouvoir la voir. Elle est la morte la veille de son arrivée au Mexique. C’était beaucoup de choses en même temps pour son cœur», mentionne la comédienne.

 

Dévoué

Danielle Proulx décrit son ami comme un bon vivant.

«C’est un être plein de joie. Il n’a rien qui le rendait plus heureux que de prendre sa guitare, chanter et faire des folies. Il adorait niaiser», se remémore Danielle Proulx.

Elle a connu Guy Corneau dans les années 1970 au moment où il a cofondé une troupe de théâtre Organisation Ô. Quelques années plus tard, il est parti étudier la psychanalyse en Suisse.

«Il était dévoué à tout ce qui l’animait autant ses connaissances en psychanalyse que ses connaissances spirituelles, psychologiques et ses connaissances pour l’humain. Il a aidé beaucoup de gens», souligne Mme Proulx.

M. Corneau a aussi mis sur pied le Réseau Hommes Québec, un organisme qui offre des groupes d’entraide pour hommes.

Guy Corneau laisse entre autres dans le deuil son fils de cinq ans.

La date des funérailles demeure pour le moment inconnue.

 

Aussi dans Actualités :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!