Gracieuseté - Paul Ducharme La famille Sears, Robert, Jessica, Alexandra et Sylvie, est extrêmement reconnaissante envers l'hôpital Sainte-Justine.

En novembre 1996, la petite Jessica Sears subissait l’opération qui lui a sauvé la vie au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine. Vingt ans plus tard, sa famille a contribué à amasser 2,5 M$ au profit de l’hôpital montréalais. Et elle n’attend pas en rester là pour payer sa «dette».

À l’âge de deux ans, Jessica a été diagnostiquée d’une malformation au cerveau. Les artères et les veines étaient anormalement connectées, ce qui a entraîné une pression très élevée du sang dans les veines.

«Cela a fini par éclater et Jessica a eu des convulsions», explique son père, Robert Sears.

Lui et Sylvie Sanschagrin, la mère de Jessica, ont pris la difficile décision d’accepter l’opération alors que les risques de décès en salle de chirurgie étaient existants.

«Sans intervention, Jessica aurait pu mourir. Les chances augmentaient beaucoup chaque année, précise M. Sears. Vingt ans plus tard, elle n’a aucune séquelle. Nous avons une belle jeune fille en santé.»

Une dette

Depuis ce jour, la petite famille de Saint-Hubert sur la Rive-Sud a l’impression d’avoir une dette envers le CHU Sainte-Justine.

«Je leur dois ma vie. Sans eux, je ne serais peut-être pas ici aujourd’hui. Je ne pourrais pas aller en architecture à McGill, faire ce que je veux, de pouvoir jouir de la vie avec ma famille et mes amis», témoigne Jessica, qui prévoit bientôt commencer une maîtrise.

Pour démontrer leur reconnaissance et redonner à Sainte-Justine, Robert et Sylvie ont décidé de dédier un tournoi annuel de curling auquel ils participaient à une collecte de fonds au profit de l’hôpital, en 1999.

L’événement, qui porte le nom de Curling pour les enfants, a pris de l’ampleur au fil des années avec des centaines de joueurs. Aujourd’hui, plusieurs tournois se déroulent simultanément dans une dizaine de clubs à travers le Québec durant une journée.

Chaque personne inscrite à l’un des tournois doit amasser un montant minimal de 250$ qui est remis aux deux établissements de santé.

En 18 ans, l’événement a amassé 2,5 M$ ont été amassés au profit de la Fondation du CHU Sainte-Justine ainsi que de l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Kurling_for_kids_12-10-2016

Le Dr Alexander Weil du CHU Sainte-Justine a été le premier au Canada a utilisé un nouveau laser neurochirurgical chez un enfant atteint d’épilepsie.

Nouveau laser

Lors de chaque édition, Curling pour les enfants récolte de l’argent afin de financer un équipement médical spécifique.

De 2017 à 2021, l’événement a pris l’engagement d’amasser 600 000$ pour défrayer l’acquisition d’un laser neurochirurgical pédiatrique à l’hôpital Sainte-Justine.

En novembre dernier, ce nouvel équipement dernier cri a été utilisé pour la première fois au Canada chez un enfant atteint d’épilepsie par le Dr Alexander Weil, au CHU Sainte-Justine.

«Sans eux (Curling pour les enfants), on n’aurait pas cette technologie. Il y aurait des patients qui auraient des lésions inopérables.» – Dr Alexander Weil.

Ce laser traite entre autres des tumeurs cérébrales ou certaines malformations vasculaires. Son utilisation s’avère moins à risque pour les patients. Cette nouvelle technologie évite notamment de faire une grande incision sur la peau, de raser les cheveux et de faire un gros trou dans l’os du crâne, explique le Dr Weil.

«C’est beaucoup moins de douleur et d’inconfort. Le séjour à l’hôpital est aussi réduit», relate-t-il.

Le Dr Weil se montre très reconnaissant envers le soutien du Curling pour les enfants qui permet l’achat du laser.

La famille Sears souhaite poursuivre pour encore longtemps leur mission de bienfaisance et espère pouvoir recueillir un jour 1 M$ lors d’une seule année.

La prochaine édition de Curling pour les enfants aura lieu le 1er avril.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!