Gracieuseté L'équipe robotique du Collège Stanislas qui se rendra au championnat international de robotique First.

L’équipe robotique du Collège Stanislas d’Outremont souhaite devenir la meilleure équipe recrue au monde, lors de la prochaine compétition FIRST, qui rassemblera les 400 meilleures équipes de la planète,  à Saint-Louis, aux États-Unis, à la fin avril.

La trentaine d’élèves de Stan Robotix a remporté samedi dernier le Prix de la meilleure équipe recrue de l’année à l’occasion du Festival de robotique FIRST Québec  qui se déroulait  au Complexe Sportif Claude-Robillard. Cet honneur était accompagné d’un laissez-passer pour la finale mondiale.

Le jury a reconnu le potentiel de la jeune équipe d’Outremont qui en était à sa première expérience à ce concours. Une quarantaine de formations, dont certaines en provenance des États-Unis et de la France, y ont pris part.

Pendant 45 jours, les élèves âgés de 14 à 18 ans ont conçu un robot qui avait comme mission de faire fonctionner un dirigeable. L’appareil devait être en mesure de lancer des balles, de récupérer des engrenages et de grimper des cordes.

«Je pense que les juges se sont dit que nous avions l’étoffe de devenir une grande équipe», analyse le professeur du premier programme en technologie du Collège Stanislas, Julien Bernard, qui agit comme mentor auprès des jeunes dans cette aventure avec un autre professeur et trois parents.

Les juges évaluaient différents critères tels que l’esprit d’équipe, la sécurité, la propreté, l’initiative, le robot, le plan marketing et le rayonnement de l’équipe.

Préparation

C’est dans exactement un mois, du 26 au 29 avril, que les élèves du collège Stanislas se rendront à Saint-Louis pour compétitionner devant environ 60 000 spectateurs.

Il est encore loin de la coupe aux lèvres pour  Stan Robotix alors que d’importantes sommes monétaires, dépassant les 20 000$ devront être récoltées, afin de financer l’aventure.

Outre l’aspect pécunier, l’équipe outremontaise devra retravailler au cours des prochains jours sur son robot afin de le rendre plus performant et d’augmenter sa fiabilité.

«On devra envoyer le robot à Saint-Louis d’ici la fin de la semaine, mais on a le droit de travailler sur 30 lb de pièces qu’on pourra ajouter», explique l’enseignant.

L’école Saint-Henri dans le Sud-Ouest s’est aussi qualifiée à la finale mondiale de même qu’une autre école québécoise, l’Institut Kerrena, à Trois-Rivières.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!