TC MEDIA - FELIX O.J. FOURNIER L’artiste outremontais Jean Gareau présente ses œuvres dans l’exposition Paysages imaginaires, à L’Espace contemporain jusqu’au 7 mai prochain.

C’est dans «le spectacle des choses qui nous entourent» que Jean Gareau trouve sa matière première; tantôt inspiré par les rayons chauds de l’été ou la lumière froide de l’hiver. L’artiste outremontais présente une quarantaine de ses tableaux dans l’exposition Paysages imaginaires à la galerie d’art L’Espace contemporain.

«Je recrée souvent hors saison; par exemple, si c’est un paysage au printemps ou à l’été, je vais peindre un tableau avec beaucoup de blanc qui évoque un peu l’hiver. Et inversement, si je suis en hiver, je rappelle l’automne qui vient de se terminer quelques mois avant», raconte Jean Gareau.

L’artiste explique que ce «décalage» entre l’image réelle et la façon dont il se l’approprie est au cœur de son processus créatif.

«Je schématise et dépouille de ce qui ne me paraît pas essentiel. Les collines, les montagnes, les vestiges de troncs d’arbres sont suggérés par l’action plus que par l’idée préconçue. Peu à peu le tableau s’organise et puis ça devient imaginaire. Il y a un jeu entre le conscient et l’inconscient», observe M. Gareau, qui réside à Outremont depuis 1968.

Souvent, le peintre confie ne pas avoir d’idée précise lorsqu’il s’installe pour travailler. Avant la forme, il indique que c’est généralement la couleur qui est l’élément déclencheur. «Je me rends compte que je vais y jeter des couleurs avant même que la forme soit apparente. Puis, le geste, évidemment, ne peut pas éviter d’évoquer des formes.»

Ce geste, Jean Gareau souligne qu’il est devenu plus engagé et plus important dans sa démarche. «La gestuelle s’est développée avec les années. J’ai d’ailleurs quitté le pinceau dans les derniers tableaux pour le couteau, ou la truelle comme certains l’appellent», remarque celui qui privilégie l’acrylique depuis une décennie.

Jouer sur l’impulsion

L’acrylique, qui a l’avantage d’être soluble à l’eau, sèche en revanche très rapidement, ce qui représente un défi stimulant pour l’artiste. «Quand je m’y mets, il y a une espèce de course contre la montre! J’aime travailler sous une certaine impulsion et l’acrylique m’y contraint.»

Architecte de profession, l’homme a longtemps pratiqué la peinture en parallèle avec ses activités professionnelles. Il s’y consacre désormais à sa guise depuis qu’il est retraité et participe à des expositions de groupes tant que solo.

Pour Paysages imaginaires, Jean Gareau a sélectionné une quarantaine de tableaux réalisés sur une période allant de 2008 à 2017.

L’exposition Paysages imaginaires de Jean Gareau est présentée jusqu’au 7 mai à la galerie d’art L’Espace contemporain, située au 5175, avenue Papineau à Montréal. Le vernissage se déroule ce jeudi 4 mai, de 18h à 20h. Informations: lespacecontemporain.com, 514 728-4474.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!