Gracieuseté - Jean-François LeBlanc La jeune auteure-compositrice-interprète et guitariste Lydia Képinski s’est illustrée à la finale des Francouvertes qui s’est déroulée le 8 mai.

Les compositions originales de l’auteure-compositrice-interprète de 23 ans Lydia Képinski lui ont valu les faveurs du public et du jury. Déclarée grande gagnante de la 21e édition des Francouvertes, l’étudiante de l’Université de Montréal s’est méritée 27 prix au total, dont une bourse de 10 000$.

@R:«Nous étions trois en finale, donc techniquement j’avais le tiers des chances de gagner», commente au bout du fil Lydia Képinski.

@R:Inscrite en création littéraire et écriture scénaristique à la Faculté des arts et des sciences, la montréalaise d’origine franco-polonaise avait préalablement remporté la finale de «Université de Montréal en spectacle» en 2015. Elle s’était aussi démarquée aux demi-finales du Festival international de la chanson de Granby en 2016, récoltant les prix du jury, du public et de la chanson SOCAN.

@R:Lydia Képinski, qui a lancé son premier album EP en carrière au mois de novembre 2016, disposait de tout le matériel nécessaire afin de préparer la prestation de 30 minutes qu’elle devait livrer aux Francouvertes.

Pour la dernière étape de la compétition qui s’est déroulée au Club Soda à Montréal le 8 mai dernier, l’auteure-compositrice-interprète a notamment sélectionné la pièce Andromaque parmi les titres de son album.

«On s’est dit  »C’est quoi les meilleures chansons qu’on pourrait jouer pour gagner le concours? », puis on a fait des tests avec cinq compositions qui entraient dans le 30 minutes», explique Lydia à propos du choix de son répertoire.

Accompagnée de sa guitare électrique – instrument qu’elle a appris à maîtriser de façon autodidacte et dont elle joue depuis le secondaire – la jeune femme détone dans le paysage musical québécois. Avec un côté cinglant assumé qui trouve un écho dans ses textes, elle se donne le droit de dire les choses comme ça lui chante et de chanter les choses comme ça lui dit.

Même si elle s’est mise à l’écriture de chansons assez récemment, Lydia Képinski confie puiser son inspiration dans le travail de «toute une vie». «C’est l’effort de 23 ans de dur labeur. J’ai commencé à écrire relativement tard, mais je pense qu’on se nourrit d’affaires qu’on entretient depuis l’âge de trois ans.» Elle souligne s’adonner à la composition tous les jours.

À la bourse de 10 000$ remportée aux Francouvertes, s’ajoutent des heures de studio et plusieurs opportunités de performer, dont aux prochaines FrancoFolies de Montréal.

Le concours des Francouvertes vise à favoriser l’émergence d’artistes et de groupes de la relève canadienne représentant tous les styles musicaux.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!