TC Media - Patrick Sicotte La fondation Mon Nouveau Bercail commence à manquer d'espaces pour entreposer tous les dons qu'elle reçoit du public.

La fondation Mon Nouveau Bercail met la main à la pâte pour aider les centaines de migrants arrivés récemment au Canada en fuyant les États-Unis. L’organisme de Ville de Mont-Royal accompagnera les demandeurs d’asile, majoritairement des ressortissants haïtiens, dans leur recherche d’emploi et de logement.

Un partenariat a pris forme entre Mon Nouveau Bercail et la Maison d’Haïti qui soutient les migrants récemment arrivés à Montréal dans leurs démarches.

Dans un premier temps, l’organisme monterois, dont la mission est de venir en aide aux immigrants en état de précarité financière, travaille à trier les dons. Au cours des derniers jours, il a reçu des meubles, de la vaisselle, des jeux pour enfants et des vélos qui serviront aux nouveaux arrivants.

L’affluence de migrants à la frontière canado-américaine depuis quelques semaines semble avoir provoqué un élan de générosité chez la population.

«On est présentement débordés par les appels de gens qui veulent donner», indique le coordonnateur de Mon Nouveau Bercail, Garbens Jean.

Immergée aussi par les appels et les courriels, la Maison d’Haïti transfère les personnes désirant leur faire un don à l’organisme de VMR.

«Le problème est qu’on n’a pas l’espace pour stocker tout ça, ni les ressources humaines et la logistique pour faire le tri et acheminer le tout. Quand la fondation nous a approchés, on s’est dit que c’était parfait. Ils fonctionnent très bien», témoigne l’agente au développement à la Maison d’Haïti, Émilie Pacciarella.

Nouvel entrepôt

L’abondance de dons occasionne toutefois une problématique d’entreposage pour Mon Nouveau Bercail. Ses deux espaces sont souvent au maximum de leur capacité. L’organisation a un entrepôt près de Décarie et un petit garage dans Côte-des-Neiges.

«Parfois, on demande à d’autres partenaires d’accueillir les dons», affirme M. Jean.

La fondation cherche un local supplémentaire et lance un appel au public pour l’aider.

«On essaie de voir avec la communauté s’il y a des opportunités pour qu’on nous prête un espace d’entreposage», expose le coordonnateur.

Il souhaite aussi discuter avec les élus pour avoir un local municipal.

Toutefois, Ville de Mont-Royal indique que tous ses espaces sont pour le moment occupés.

Accompagnement

Dans le cadre du partenariat avec la Maison d’Haïti, l’organisme monterois accompagnera aussi les demandeurs d’asile dans leur recherche d’un logement et d’un emploi.

«Nous sommes en train de préparer le terrain pour que, quand ils auront l’acceptation du gouvernement fédéral (de rester au pays), nous puissions rapidement les aider», indique M. Garbens.

Certains demandeurs d’asile ont déjà fait appel aux services de Mon Nouveau Bercail.

«Rapidement, ils doivent trouver un logement et s’équiper. Pour une famille avec des enfants, ça prend une bonne installation. Surtout si la situation précaire perdure», mentionne par voie de communiqué la directrice de la Maison d’Haïti, Marjorie Villefranche.

Selon Québec, 2380 demandeurs d’asile habitent l’un des centres d’hébergement temporaire de Montréal. Bon nombre sont des ressortissants haïtiens ayant été accueillis aux États-Unis à la suite du séisme de 2010. Ils craignent aujourd’hui de perdre leur statut de protection temporaire, qui pourrait ne pas être renouvelé par l’administration Trump.

Les personnes intéressées à donner un coup de main à Mon Nouveau Bercail peuvent téléphoner à Garbens Jean au 438-933-7660.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!