TC Media - Érick Rémy C’est dans un petit rancart du Cinéma du Parc que Roland Smith et sa jeune assistante, Camille Brisson préparent la suite du Festival.

Alors que le box-office de l’été est le pire des 25 dernières années en Amérique du Nord, le Festival les films de ma vie a fait courir les foules. Les 80 projections des 47 films sélectionnés ont fait plus de 12 000 entrées au Théâtre Outremont. Au point où le festival sera prolongé jusqu’au moins en décembre.

Pour Raymond Cloutier, directeur général et artistique, ce plan B d’un projet annulé en août pour son mythique théâtre aura finalement été une manne. Il a même demandé au célèbre programmateur Roland Smith, créateur du festival, de lui concocter d’autres séries de films classiques qui s’ajouteront aux événements d’ici la fin de l’année.

«Même si tout cela coûte très cher, les droits, les techniciens, les ouvreurs, le guichet et surtout les communications, nous continuons. Maintenant que l’aventure est connue et appréciée, ce sera plus facile et moins onéreux», soutient M. Cloutier.

Le bouche-à-oreille permettra au Festival des films de ma vie de trouver son public qui, de toute évidence, en redemande. Pour Roland Smith, c’est un juste retour des choses.

«En ce moment, le public n’est pas très choyé. Rares sont les films qui récoltent 4 étoiles ou plus, raconte cette légende de 74 ans. Pour moi, un film ancien –je n’aime pas dire vieux film, est une valeur sûre. Les amateurs de films anciens sont à la fois des cinéphiles, mais également des nostalgiques. Ils se souviennent et veulent revivre les émotions qu’ils avaient jadis ressenties en le voyant la première fois».

Cependant, salle de spectacle oblige, de nos jours le popcorn et les boissons gazeuses sont proscrits. Mais, en revanche, on peut siroter un verre de vin ou même un bon whisky. Autre différence sachez qu’à l’Outremont, et vous en serez avertis, on doit absolument fermer son téléphone (intelligent ou pas) avant la projection. Les gens regardent les films dans un silence quasi religieux.

«Travailler aux côtés de M. Smith c’est comme être dans un musée vivant.» – Camille Brisson, assistante

Avenir du cinéma

Quand on demande à Roland Smith s’il croit qu’un jour le cinéma en salle mourra, il est catégorique. «Une sortie au cinéma ne sera jamais remplacée par aucune technologie. Chez soi, il est impossible de faire le vide de sa vie quotidienne puisqu’elle est omniprésente. En 2100, les gens iront encore et toujours au cinéma!»

D’ailleurs, petit scoop, une rétrospective de 10 films sur l’actrice Jeanne Moreau est en préparation. Pour les Fêtes, il y aura des films à voir en famille et des films et/ou documentaires de types musicaux.

La prolongation du Festival les films de ma vie aura lieu, selon un horaire variable, du 16 septembre au 10 décembre. Il mettra en vedette 29 films, dont le premier sera Mort à Venise (1971) du réalisateur Luchino Visconti.  Suivront Le Grand bleu ainsi que l’œuvre du cinéaste d’origine arménienne Sergueï Paradjanov, Les chevaux de feu.

Horaire complet et achats de billets en ligne dès le 10 septembre au www.theatreoutremont.ca.

Films à voir avant de mourir, selon Roland Smith

  • Citizen Kane
  • Adieu Philippine
  • Le Jardinier
  • La Dolce Vita
  • Vertigo

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!