Gracieuseté L'illustrateur Steve Beshwaty a expliqué aux élèves de première année de l'École Saint-Clément Est comment s'inspirer des livres jeunesses pour leurs œuvres.

Les élèves de première année de l’école primaire Saint-Clément Est, à Ville de Mont-Royal, se sont transformés en artistes, le temps de quelques semaines, pour créer une fresque sur leur casier, inspirée de la littérature jeunesse.

Ils ont été initiés au langage des arts par l’illustrateur Steve Beshwaty et leurs enseignantes dans le but de développer leur imagination et d’acquérir les compétences nécessaires à la réalisation des œuvres.

«C’était comme de la magie, les enfants étaient très motivés. Les plus difficiles étaient concentrés et les plus réservés ont pu exprimer leur talent artistique», lance l’une des enseignantes qui a chapeauté le projet, Meriem Hounaci.

Selon elle, l’artiste a été une source de motivation pour les enfants, de développement de leur potentiel intellectuel et émotionnel ainsi que de leur créativité. «Son approche avec les élèves était géniale, il les a incités à élargir leurs champs d’intérêt, à avoir davantage confiance en eux», estime-t-elle.

S’imprégner

Des ateliers de lecture et d’écriture ont été proposés aux élèves par les six enseignantes de première année, en parallèle de l’activité de peinture pour la fresque nommée Personnages en folie à Saint-Clément.

«Le but était de créer des réseaux littéraires, c’est-à-dire que l’on prend plusieurs livres, on les compare, on étudie les personnages afin que les enfants s’en imprègnent puis s’en inspirent», indique l’enseignante.

D’Élise Gravel en passant par Orianne Lallemand, les élèves se sont ainsi nourris de divers auteurs jeunesses pour réaliser des œuvres à l’image des personnages. «Les enfants avaient une grande liberté de création, ils pouvaient peindre les personnages réels ou bien en imaginer de nouveaux», indique l’enseignante.

Robot, petit chaperon rouge, ours ou contes de fées, les jeunes n’avaient que peu de limites dans leur démarche artistique.

Parents impliqués

Les parents se sont beaucoup impliqués durant toute la durée du programme. «Ils venaient très souvent à l’école, même parfois le soir, pour peindre et guider les enfants dans leur démarche artistique», explique Mme Hounaci. Ils viendront d’ailleurs aider à appliquer une dernière couche de vernis cette semaine pour achever le projet.

La peinture de la fresque a eu lieu au printemps, d’avril à juin, dans le cadre du volet Une école accueille un artiste du programme provincial Culture à l’école. Ce volet permet aux élèves de participer à un travail d’expérimentation artistique de longue durée et donne la possibilité à un artiste ou à un écrivain professionnel de vivre une expérience en milieu scolaire.

Quelque 136 élèves ont pris part au projet qui a coûté 7500$ pour couvrir les honoraires de l’artiste ainsi que le matériel nécessaire.

L’activité de peinture s’insère dans un projet de plus grande envergure. Tout au long de l’année, les élèves ont appris autant le français que les mathématiques et autres sciences à travers la littérature. «Nous avons aussi organisé un rallye de lecture, des activités ludiques où l’on fait des liens sur tout ce qu’on a travaillé durant l’année scolaire», ajoute l’enseignante.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!