TC Media - Patrick Sicotte François et Laurent Groleau pratiquent le hockey luge à l'aréna Howie-Morenz dans Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Atteints d’une maladie rendant l’équilibre difficile, François et Laurent Groleau excellent depuis quelques années en hockey sur luge, une discipline qui leur permet de pratiquer leur sport préféré sans craindre de perdre pied. Les adolescents ont été sélectionnés pour participer au premier camp de la relève du Québec en parahockey.

Les deux Monterois vivent avec l’ataxie Charlevoix-Saguenay, dont le nom évoque les deux régions où cette maladie neuromusculaire est courante en raison d’un gène. Elle occasionne notamment un trouble de la motricité.

«On a moins d’équilibre, pas quand on marche, mais si on se tient sur une jambe, on peut seulement rester debout de 4 à 5 secondes.», explique Laurent, 12 ans.

Les deux frères parviennent à faire du ski alpin, mais le patinage est plus exigeant pour eux. Ils racontent parvenir à avancer, mais avec plus de difficulté.

Forcer des bras       

L’idée de s’inscrire en parahockey est celle de leur physiothérapeute du centre de réadaptation Marie-Enfant du CHU Sainte-Justine. Elle en d’abord fait la suggestion à François, grand amateur de hockey.

Un peu plus tard, Laurent a suivi les traces de son grand frère. Tous deux ont commencé à l’âge de six ans. Ils sont aujourd’hui dans la même équipe. Ils pratiquent deux fois semaine à l’aréna Howie-Morenz et participent à plusieurs tournois au courant de la saison.

Le sport partage les mêmes règles que le hockey régulier.

Les joueurs, qui jouent avec deux bâtons pour pousser la rondelle ou avancer, prennent place à bord d’une luge montée sur deux lames. «Tu ne focusses pas sur tes jambes. Tu forces plus sur tes bras comme tu es assis. Il faut que tu sois fort parce que tu ne prends pas tes deux mains, mais seulement une pour lancer et lever la rondelle», mentionne François, 14 ans, qui joue à l’attaque.

Il ne cache pas qu’il aimerait un jour essayer le «vrai hockey».

«J’aimerais voir s’il y a une différence et voir lequel est le plus dur entre le hockey régulier et la luge», dit l’adolescent.

Camp d’entraînement

Les jeunes Monterois ont été invités à participer au premier camp de la relève de parahochey de la province qui a réuni une douzaine de joueurs à la mi-octobre, à Montréal.

Ce fut l’occasion pour les athlètes de peaufiner leurs techniques et tactiques grâce à la présence d’entraîneurs d’expérience, dont de l’Équipe Québec.

«On a appris à comment s’échauffer et reprendre son énergie après un match», évoque Laurent qui occupe une position à la défense.

«Il y avait des personnes de différentes régions du Québec. Ça nous challenger parce qu’il y avait quelques bonnes personnes dans le groupe», ajoute François.

Dans la catégorie développement, ils sont à un niveau en-dessous de l’Équipe Québec, qui représente l’élite du parahockey. François caresse le rêve d’atteindre ce niveau, tout en étant conscient que la marche reste assez importante entre les deux catégories.

Le prochain tournoi de Laurent et François aura lieu le 3 novembre à Brampton, en Ontario.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!