Gracieuseté La vitrine du présentoir à couteaux japonais a été fracassée par le voleur.

Le propriétaire d’un commerce de l’avenue Van Horne, à Outremont, se tourne vers les réseaux sociaux pour tenter de mettre la main au collet au voleur qui a dérobé entre 7000$ et 10 000$ de couteaux de cuisine japonais hauts de gamme.

Spécialisé aussi dans la vente d’ingrédients de cocktails, Alambika a été victime d’un vol dans la soirée du 18 octobre, vers 20h. Les images captées par les caméras de la boutique montrent un homme fracassant avec un marteau la vitrine du présentoir contenant une trentaine de couteaux dont la valeur joue entre 200$ et 600$ chacun. Le voleur s’est aussi enfui avec l’argent de la petite caisse.

«C’était clairement quelqu’un d’expérience. Il a cassé la serrure pour entrer dans le commerce», mentionne le propriétaire, Jean-Sébastien Michel.

Environ une semaine après l’incident, l’homme d’affaires a publié sur la page Facebook d’Alambika des photos du suspect à l’œuvre. M. Michel demande l’aide du public afin d’obtenir de l’information permettant de retracer le voleur. Depuis le 23 octobre, la publication a été partagée plus de 200 fois.

«Il y a plusieurs restaurateurs qui nous ont contactés. Ils nous ont soumis des noms de gens un peu suspects qui font du recel parce que, dans l’industrie de la restauration, c’est assez présent», souligne M. Michel.

Enquête

Le Service de police de Montréal a ouvert une enquête.

Le commandant du poste de quartier 24, Danny Diotte, assure que le secteur de l’avenue Van Horne n’est en ce moment pas touché par une vague de vol.

Pour une question de sécurité, il déconseille par ailleurs d’utiliser les réseaux sociaux pour retrouver un suspect ou des objets volés, craignant que la situation dégénère si la victime retrouve le malfaiteur.

«Ça peut nuire à l’enquête, mais aussi ils peuvent se faire blesser», mentionne M. Diotte qui redoute que cette façon amène les gens à se faire justice.

Livraison

Établi depuis cinq ans dans l’arrondissement, Alambika a subi le premier vol de son histoire. Les couteaux disparus étaient les plus dispendieux du magasin. Ceux-ci sont souvent utilisés par les cuisiniers des grands restaurants, évoque M. Michel

Fabriqués à la main au Japon, ces ustensiles haut de gamme sont livrés dans un délai de plusieurs mois, même parfois plus d’un an.

«Notre stock pour Noël a en partie été pris, mais les artisans japonais avec qui je travaille depuis 10 ans nous supportent et nous ont déjà envoyé du stock. Ça ne devrait donc pas affecter la clientèle», indique le commerçant.

Éclairage

Depuis l’introduction par effraction, la direction a resserré le niveau de sécurité de la boutique.

Afin de repousser les voleurs, Jean-Sébastien Michel aimerait aussi que la revitalisation éventuelle de l’avenue Van Horne permette d’améliorer la luminosité dans le secteur qu’il estime peu éclairé.

«Quand les espaces vont être bien dégagés et bien éclairés, que les branches basses des arbres seront élaguées, je pense que ça va être moins facile pour ces gens de venir voler», soutient-il.

Le réaménagement de Van Horne est dans les plans de la Ville de Montréal depuis quelques années. Le dernier échéancier établi prévoyait un début des travaux en 2019.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!