Gracieuseté L'artiste Tim Tyler est à la fois artiste de scène, musicien et peintre.

Sur la scène comme dans ses tableaux, Tim Tyler dévoile un monde peuplé d’histoires, de personnages et de couleurs. L’artiste et résident d’Outremont voyage toujours accompagné de ses pinceaux, s’inspirant de sa vie et de son métier au théâtre dans ses créations.

L’art s’intègre au quotidien de Tim Tyler de plusieurs façons. À la fois artiste de scène, musicien et peintre, l’homme de soixante ans conjugue ses multiples passions.

«En spectacle, en musique ou en peinture, je raconte des histoires. Des histoires à propos de ma vie privée et de ma vie sur scène», remarque-t-il d’entrée de jeu.

Décidé à faire découvrir ses acryliques sur toiles, l’artiste enchaîne les expositions ici et à l’étranger. «Je peins depuis trente ans, mais je n’avais encore jamais fait de démarches pour exposer. Au cours des dernières années, j’ai commencé à partager mes peintures. Je veux montrer mes tableaux et non pas seulement me cacher dans mon studio», observe en riant le peintre, qui demeure à Outremont depuis sept ans.

Dans cette œuvre intitulée My Bride and me in Italy, comme dans chacun de ses acryliques sur toile, l’artiste outremontais Tim Tyler raconte une histoire.

Créateur voyageur 

Celui qui se décrit comme «un artiste comique visuel» et «un personnage», est fréquemment appelé à faire ses valises pour aller performer à l’étranger. Son matériel dans ses bagages, il peint partout dans le monde, laissant des traces de l’endroit où il se trouve dans ses œuvres.

«L’acrylique est très pratique pour voyager. Quand je pars pour des semaines ou des mois, j’apporte mes pinceaux et mes toiles. Je peins le jour et je suis en spectacle le soir. Dans chaque peinture, il y a toujours un élément d’où je me trouvais quand j’ai créé le tableau.

Pour My Bride and me in Italy, par exemple, c’était l’anniversaire de mes parents et nous avions une rencontre de famille dans un petit village de l’Italie», raconte-t-il.

L’artiste autodidacte privilégie un style libre et instinctif. Il se dit actuellement inspiré par des personnages qui semblent graviter sur la toile.

«Je suis dans un concept où les gens ne sont pas attachés à la terre, ils flottent. Peut-être sont-ils dans la mer ou dans un bocal pour les poissons… J’ajoute dans mes œuvres des éléments qui changent un peu la réalité», mentionne le créateur.

Expositions

En 2015, Tim Tyler a notamment participé à l’exposition Pulse of Abstraction qui s’est déroulée à l’Agora Gallery de Chelsea, à New York. En 2016, il a aussi été sélectionné par The Federation of Canadian Artists pour prendre part à Airs (Annual International Representational Show), à Vancouver.

À Montréal, Tyler figurait parmi les artistes exposants de l’exposition Les Fenêtres qui parlent, présentée dans le cadre du 375e de la métropole.

Le mois dernier, il a par ailleurs exposé pour la première fois en solo. Vingt-cinq de ses œuvres étaient mises en lumière dans Les Rideaux Rouges, au Centre d’Art de Montréal. «Le titre de l’exposition fait justement référence au rideau rouge, symbole du théâtre», souligne l’artiste.

Parmi ses projets, l’exposition collective Reflets d’un art naïf moderne, à venir au Musée international d’art naïf de Magog en mars et juin 2018.

Informations: timtylerartwork.com.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!