Gracieuseté – Adrienne Surprenant Après des auditions en septembre, Adriana Diaconu a été sélectionnée pour incarner le rôle de Clara. Dans l'histoire, elle reçoit de son parrain un casse-noisette en bois qui se transforme en prince la nuit venue.

Une jeune Monteroise, passionnée de danse depuis son enfance,  voit son rêve se concrétiser pour une deuxième année consécutive. Adriana Diaconu incarne Clara,  l’héroïne du conte de Casse-Noisette produit sur scène par les Grands Ballets canadiens.

L’adolescente de 12 ans en est à sa cinquième participation à ce spectacle à grand déploiement présenté chaque année durant le temps des Fêtes à la Place des Arts, à Montréal. C’est un peu par curiosité qu’Adriana a voulu essayer le ballet de Casse-Noisette.

Avant de décrocher le rôle de Clara, Adriana a d’abord incarné une petite souris et ensuite un enfant de la fête.

Chaque fois, elle a dû auditionner aux côtés de nombreuses jeunes filles, dont plusieurs convoitent le prestigieux rôle principal. Il demeure sans contredit le personnage préféré de la résidente de Ville de Mont-Royal parmi ceux qu’elle a joués.

«On est un peu la vedette du spectacle. On danse durant tout le spectacle et avec un prince qui est un danseur avec beaucoup d’expérience. On exécute aussi beaucoup de techniques de ballet», résume l’élève du Collège Jean-de-Brébeuf, qui avait voulu décrocher ce rôle il y a trois ans, mais en vain.

Trac

Adriana Diaconu apprécie particulièrement le numéro où les souris entrent en scène puisqu’elle y danse à maintes reprises. Le ballet de Tchaïkovski apporte aussi quelques défis, dont un numéro qui compte plusieurs portées avec le prince.

«Il doit me lever et me mettre sur son épaule. Parfois, je dois aussi faire un mouvement de pied. Je trouve que c’est difficile parce que ça demande que nous soyons tous les coordonnés», décrit la jeune ballerine.

Bien qu’elle doive exécuter ce numéro plus difficile et jouer devant des centaines de personnes, le trac est loin d’habiter Adriana.

«Je l’ai un peu avant le premier spectacle, mais dès que je commence à danser je ne suis plus du tout stressée», témoigne-t-elle. L’expérience des dernières années lui permet d’intégrer la chorégraphie avec plus de facilité et de naturel.

Conciliation étude-danse

Avec plusieurs heures de pratique par semaine et environ une dizaine de représentations, être du spectacle de Casse-Noisette accapare beaucoup de temps et demande une conciliation avec les études. Adriana devra manquer trois jours d’école.

Celle qui pratique le ballet depuis l’âge de trois ans pourrait en être à sa dernière expérience dans Casse-Noisette. Elle souhaite se concentrer davantage sur son parcours scolaire.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a aussi décidé d’arrêter les cours privés en danse, après deux ans à l’École supérieure de ballet du Québec.

Mais son expérience avec les Grands Ballets demeure des plus enrichissantes où elle développe son talent dans la rigolade.

«Le répétiteur est drôle. Donc, à chaque fois,  on s’amuse et on ne s’ennuie pas. On se fait aussi des amis», raconte-t-elle.

Si Adriana revient l’an prochain dans la troupe, elle devra délaisser le rôle de Clara puisque la même artiste ne peut que l’incarner deux années de suite. Cependant, d’autres rôles intéressent l’adolescente, comme celui de la Fée Dragée.

«Elle danse beaucoup et son costume est très beau. Elle fait des pirouettes et toutes sortes de mouvements de ballet», mentionne la Monteroise.

Casse-Noisette est présenté à la salle Wilfrid-Pelletier du 14 au 30 décembre avec une pause à Noël.

292

Le nombre d’artisans entourant la production de Casse-Noisette des Grands Ballets canadiens. Le spectacle compte notamment sur 117 figurants, 59 danseurs et 52 musiciens.

Pour plus d’informations:grandsballets.com

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!