TC Media – Patrick Sicotte Grâce au travail de Denise Landry et Manon Leclerc, la Fondation de La Visite remet centaines de trousses de naissance pour aider des parents en situation de précarité à partir du bon pied dans leur nouveau rôle.

Peu visible de l’avenue de l’Épée, le local de la Fondation de la Visite représente un passage réconfortant pour des centaines de familles en situation de précarité. Situé dans le sous-sol de l’église Saint-Viateur d’Outremont, l’organisme procure bien souvent à de futurs parents les premiers vêtements neufs pour leur bébé en devenir.

Mille cinq cents. C’est le nombre de trousses de naissance que prévoit fournir la fondation en 2018. Ce sac réutilisable en coton contient, entre autres, de la literie, des camisoles, des pyjamas, bavoirs, débarbouillettes ainsi qu’un bonnet.

«Ce sont des vêtements de base pour sortir de l’hôpital, en plus de ce qu’on y ajoute en tricot comme des pantalons ou des petites jupes. Parfois, on remet aussi des livres ou des jouets», explique la directrice et fondatrice de la Fondation de la Visite, Denise Landry.

Depuis quatre ans, la demande ne cesse d’augmenter, passant de 450 à 1200 trousses remises par année. Une contribution symbolique de 5$ est demandée aux bénéficiaires, dont 90% des visiteurs sont de nouveaux arrivants, référés par d’autres organismes.

«Ils arrivent avec rien. Pour eux, c’est un petit baume. Plusieurs nous mentionnent que ce sera probablement les seuls vêtements neufs que les enfants vont avoir pendant longtemps», soutient Manon Leclerc, la coordonnatrice du service d’Outremont, ouvert une journée et demie par semaine.

En plus de la trousse, la Visite tente aussi de sécuriser ces femmes et ces hommes qui se confient sur leur réalité parfois difficile. Lors de leur passage, le personnel leur transmet notamment de l’information sur la grossesse, l’accouchement, les services offerts ainsi que sur les habitudes de vie au Québec.

Défi financier

Basée aussi à Montréal-Nord, la Fondation a d’abord comme service initial celui des parents-visiteurs. Ces intervenants se rendent au domicile de familles avec un nouveau-né pour les accompagner à travers leurs difficultés afin de prévenir la négligence. Une mère ou un père-visiteur est aussi disponible au local d’Outremont pendant les heures d’ouverture.

L’offre des trousses de naissance s’est greffée aux activités de l’organisme en 2014. La Visite a pris le relais et le local d’Assistance maternelle, dont la mission était aussi d’apporter de l’aide à des femmes enceintes en situation de précarité. L’organisation centenaire vivait un essoufflement alors que les membres étaient vieillissants.

À partir du moment où la Fondation a ajouté cette corde à son arc, le financement accordé aux trousses de naissance a perdu 100 000$ en raison du retrait de certains partenaires.

Si l’appui de la Fondation Marcelle et Jean Coutu ainsi que de la famille Élie, propriétaire de l’entreprise Pelican, permet de maintenir les trousses, l’enjeu financier demeure important pour la Visite qui souhaite développer sa présence à Outremont.

«On a de la difficulté à aller chercher des salaires pour les intervenants», évoque Mme Leclerc.

«On aimerait offrir un service plus complet et ouvrir cinq jours par semaine, enrichit Mme Landry. On regarde la possibilité, par exemple, d’appeler les parents après la naissance de l’enfant pour savoir comment ils vont.»

Recherche de bénévoles

La Fondation recherche aussi des ressources en matière de bénévolat pour son local de l’avenue de l’Épée. «Ce serait le fun d’avoir des hommes et des femmes d’Outremont», fait valoir Mme Landry.

Elle mentionne que les citoyens peuvent contribuer de différentes façons comme accueillir les parents, prendre les appels, préparer et laver les ensembles de linges ou faire de l’aménagement paysager devant leurs bureaux.

Plus d’infos

delavisite.org

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!