TC Media - Archives La construction de la coopérative Le Suroît prévoyait un espace vert de 8,5 mètres séparant le futur immeuble et celui du 950, avenue Champagneur.

Le projet de logements sociaux, nommé Le Suroît, à l’angle des avenues Manseau et Outremont retournera à la planche à dessin. Le conseil d’arrondissement a décidé de revoir, au grand dam de plusieurs résidents, l’aménagement d’un espace vert entre un immeuble à condominiums existant de l’avenue Champagneur et la future coopérative.

Le maire d’Outremont, Philipe Tomlinson, souhaite réduire la marge de 8,5 mètres de cette bande qui a été autorisée sous l’administration Cinq-Mars.

«Nous reculons sur la décision parce que nous considérons, le caucus de Projet Montréal ainsi que les services de l’arrondissement, qu’on ne sait pas d’où ça vient le 8,5 mètres. Habituellement, une ruelle, c’est 6 mètres. C’est un chiffre qui n’avait pas été justifié», soutient M. Tomlinson, qui analyse toujours de combien sera la réduction.

Selon lui, la dimension de l’espace vert, en plus des marges de recul de 4 mètres de chaque côté, crée une pression sur le projet de construction. Le Suroît a dû baisser son nombre de logements de 47 à 40.

«C’est une exigence qui limitait de beaucoup l’implantation du nouveau bâtiment. On va mieux utiliser l’espace réservé (avec une marge réduite)», évoque la chargée de projet Élizabeth Martin du Groupe CDH, qui agit comme groupe de ressources techniques auprès du Suroît.

Un mur

Plusieurs propriétaires de condos du 950, avenue Champagneur, voisins de la future coopérative, dénoncent ce changement de cap. Ils déplorent que le nouveau conseil revienne en arrière alors qu’un compromis avait été trouvé.

Sans être contre le projet de coop, certains s’inquiètent que de nouvelles dimensions cachent leur seule entrée de lumière.

«Pour la moitié des condos, notre seule et unique façade donne sur [le terrain de la coopérative]. C’est pour cette raison que c’était un peu plus grand qu’une ruelle. Vous avez une responsabilité de ne pas approuver un autre plan qui va nous mettre un mur dans le visage», a lancé au maire, Annie Barbeau, lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement.

«Venez voir ce que donnerait l’érection d’un bâtiment sur quatre étages. C’est l’anéantissement dans la noirceur. C’est créer un vice contre le bâti immobilier de jeunes familles», a fait valoir Richard Cummings, qui mentionne que le 8,5 mètres était basé sur le plan d’aménagement de la Ville de Montréal.

M. Tomlinson et Mme Martin promettent que le nouveau plan n’empiétera pas sur les limites du bâtiment à condominiums et qu’une bande verte sera maintenue.

Au cours des prochaines semaines, les résidents du 950, avenue Champagneur et les responsables de la coopérative seront rencontrés par les élus et l’arrondissement afin de trouver un terrain d’entente. Le conseil votera possiblement en mars une nouvelle orientation sur les dimensions à respecter.

Le projet du Suroît est dans les plans depuis 2013.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!