TC Media - Isabelle Bergeron Entrepreneure, coordonnatrice, organisatrice d'événements et ancienne journaliste, Carla Beauvais a plusieurs cordes à son arc.

C’est un peu par hasard que Carla Beauvais a pris la direction de la Table ronde du Mois de l’histoire des Noirs (MHN). Depuis son arrivée il y a neuf ans, l’Outremontaise et son équipe ont su donner un précieux coup de pouce à cet événement en lui donnant un rayonnement grand public.

En 2009, Mme Beauvais s’était présentée par curiosité à l’assemblée générale du MHH pour en connaître davantage sur l’organisation qui renouvelait son conseil d’administration.

Sur la suggestion d’un ami, elle a posé sa candidature. «Mais je ne connaissais absolument rien au Mois de l’histoire des Noirs qui existait depuis 1994», se souvient la femme de 39 ans.

Ses qualifications en communication et en événementiel l’ont rapidement propulsé au poste de coordonnatrice. Plusieurs défis l’attendaient alors que la Table était dans un état léthargique, mentionne Mme Beauvais.

«Mon ambition était de faire en sorte que l’événement puisse avoir un rayonnement au-delà de la communauté noire. On ne le fait pas pour se parler entre nous, mais pour faire découvrir une histoire et une culture», soutient-elle.

Une décennie plus tard, Carla Beauvais dit mission accomplie. Selon elle, l’événement reçoit une plus grande attention médiatique et de la population, notamment grâce à des partenariats avec la Place des arts et à la présence de porte-paroles, dont le titre francophone revient cette année au chanteur Karim Oulette.

L’enjeu du financement public demeure toutefois une préoccupation pour la petite organisation qui souhaite développer un volet plus éducatif du MHN et s’étendre ailleurs au Québec.

«De mon point de vue, on est vraiment sous-financé par rapport à ce qu’on aimerait faire. On reçoit 30 000 $ de la Ville de Montréal et 33 000 $ du ministère québécois de l’Immigration. C’est difficile de vouloir de grandes ambitions avec des budgets de la sorte», expose Mme Beauvais.

Actions quotidiennes

La panoplie d’activités du MHN 2018 s’articule autour du slogan « Notre histoire s’écrit chaque jour », une façon d’affirmer que les communautés noires s’épanouissent, pas seulement en février, mais tout au long de l’année à travers des actions quotidiennes.

Aux yeux de Mme Beauvais, l’événement permet de mettre en lumière des personnalités, des réussites ou des moments marquants de l’histoire sans avec la prétention de changer complètement les mentalités.

«Je ne pense pas qu’on est capable de convaincre quelqu’un qui est foncièrement raciste de changer son opinion avec le Mois de l’histoire des Noirs. Mais je pense qu’on a été capable à travers les années de faire passer des messages à des gens qui avaient une ouverture d’esprit et qui étaient prêts à apprendre certaines choses», fait-elle valoir.

Entrepreneuriat

En parallèle de son travail au sein de la Table ronde du MHN, Carla Beauvais s’est impliquée auprès de son pays d’origine, Haïti.

À la suite du séisme de 2013, elle a mis son talent à profit pour organiser des événements tels le Burger Week et la première édition du Dîner en blanc dans la perle des Antilles. Elle a aussi développé un projet de valorisation de l’achat local par l’entremise de son entreprise Style Communications, aujourd’hui fermée.

Mais l’entrepreneuriat anime encore cette maman d’une petite fille âgée de 10 mois. Elle planche désormais sur la création d’une plateforme web qui traitera de l’alimentation chez les enfants. Le lancement de cette compagnie du nom de Cajou est prévu en septembre.

Pour plus d’infos

moishistoiredesnoirs.com

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!