Brigitte Poupart, résidente d’Outremont, comédienne, metteure en scène et documentariste, vient d’être choisie comme lauréate du prix Femmes Monde. Cette distinction de l’association française Femmes Monde en collaboration avec l’Académie des lettres du Québec sera remise à Paris.

Le plus drôle c’est qu’elle ne connaissait absolument pas ce prix. «Ça m’a étonné moi-même. Lorsque j’ai reçu ce courriel m’annonçant que j’avais été sélectionnée, j’ai été surprise, honorée et flattée», raconte l’artiste multidisciplinaire.

Ce prix  souligne et fait la promotion de la présence des femmes dans divers domaines d’action, de réflexion et de création dans le monde. Avant elle, entre autres, Marie-Claire Blais, Brigitte Haentjens et l’auteure dramatique Carole Fréchette l’ont reçue.

Même si elle n’est pas la plus connue de la planète vedette, cela ne l’a pas empêché d’avoir une carrière enviable. Outre son rôle d’Hélène dans Catherine, et plus récemment celui du sergent-détective Leduc dans Mémoires vives, Brigitte Poupart a joué des dizaines de rôles à la télé, au cinéma et au théâtre depuis sa sortie du conservatoire. Elle a écrit ou coécrit des œuvres, cofondé une compagnie de théâtre et fait des mises en scène pour elle et d’autres.

Parcours impressionnant
On lui doit notamment le percutant documentaire Over My Dead Body explorant le quotidien du chorégraphe Dave St-Pierre atteint de fibrose kystique. Et plus récemment, la mise en scène de Luzia, une première pour une femme dans l’histoire du Cirque du Soleil.

On pourrait croire que ce dernier accomplissement a dû peser lourd dans le choix de Femmes Monde, mais il semble que cela ne soit qu’un des facteurs.

«Je crois avoir été sélectionné pour l’ensemble de mon œuvre. Le comité composé de femmes s’attardait à l’aspect création des candidates. J’ai écrit et mis en scène la majorité de mes spectacles. Il y a mon documentaire sur Dave St-Pierre et mon court-métrage 360 degrés, en réalité virtuelle, dont j’ai présenté la première partie l’an dernier à Cannes qui ont aussi retenu l’attention.», précise l’artiste tout en ajoutant que Luzia a été une belle carte de visite.

Femme, mère et travail
La mère de deux jeunes femmes, dont une de façon biologique et la seconde a été adoptée à Haïti, sont très fières de leur mère. « Je suis contente de pouvoir être un modèle pour elles, mais ça reste que de se faire une place en tant que femme n’est pas toujours facile. Surtout lorsque l’on arrive dans des positions de pouvoir ou qu’il y a beaucoup d’argent d’investi. Il y encore une méfiance à engager des femmes», déclare avec conviction la comédienne et metteure en scène qui sera accompagnée lors de la remise de son prix par sa fille adoptive au lendemain de ses 50 ans. La rencontre de l’Association Femmes Monde de Paris aura lieu le lundi 19 mars à la salle de la Mairie du 14e arrondissement.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!