Kevin Boucher La chanteuse lyrique et comédienne, qui enregistrée 12 albums, célèbre cette année ses 45 ans de carrière.

Les concerts de clôtures du Festival Stella Classica réunissent à chaque année des femmes aux talents exceptionnels. Cette année, la 4édition mettra en vedette, tel un allégro, nulle autre que Natalie Choquette.

La diva chantera des airs du Barbier de Séville de même que Glitter and Be Gay de Leonard Bernstein, Castadiva de Vincenzo Bellini, My Man’s Gone Now de George Gershwin, Près des remparts de Séville de l’opéra Carmen et l’incontournable Granada.

La direction artistique de cet événement est signée par la pianiste canado-roumaine Katarzyna Musial. «Elle m’accompagnera au piano. C’est une musicienne brillante et moi je suis une entertainer», tient à préciser Natalie Choquette.

Elle sera aussi en vedette aux côtés de Barbara Croall, compositrice et musicienne issu des Premières Nations, de même que plusieurs autres artistes de renoms.

Femmes à l’honneur

Question de mettre un brin de légèreté et d’humour, Natalie Choquette interprétera ses colorés personnages. «Ma carrière de chanteuse d’opéra n’a jamais été ma priorité. J’aime faire rire les gens, non pas pour me moquer de la musique classique, mais pour ouvrir de petites portes qui sont parfois douloureuses. Le rire et la musique peuvent nous réconcilier avec bien des choses dans la vie», mentionne la chanteuse qui a déjà envisagé être musicothérapeute.

Difficile à croire que Natalie Choquettte sera soixantenaire cette année. Ce cap en est un important. «Ma voix est comme avant et mon souffle est encore là. J’ai lu quelque part que les voix aiguës, comme la mienne, peuvent facilement tenir jusqu’à l’âge de 70 ans si l’on est en santé et en forme. Moi, je bouge beaucoup. Même dans mon bureau j’ai un appareil d’exercice, je fais des pas pendant que je travaille», précise la mère de Florence K, Éléonore et Ariane, et grand-mère d’Alice qui a 12 ans.

Les femmes seront à l’honneur, mais comme ailleurs dans notre société, il y a aussi du rattrapage à faire en termes d’équité dans le domaine de la musique.

«Si je mentionne le mot chef d’orchestre, allez-vous avoir l’image d’une femme en tête? Même moi qui suis une femme, je pense automatiquement à  un homme quand on parle d’un maestro. Et pourtant j’ai travaillé avec des femmes brillantes. La tradition est coriace», ajoute Mme Choquette.

Grand concert du Festival Stella Classica. Vendredi 23 mars, 20h. Théâtre Outremont (1248, avenue Bernard).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!